Kaamelott :: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura
Kaamelott Index du Forum
 
 
 
Kaamelott Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Avis à la population !  
Les Cépafôs remercient de tout coeur : François Rollin , Lionnel Astier , Josée Drevon , Brice Fournier , Alain Chapuis , Nicolas Gabion (et Bohort) , Aurelien Portehaut , Alban Lenoir , Jonathan Chiche , Tony Saba , Jean Robert Lombard , Gilles Graveleau , Serge Papagalli , Julien Dutel  et Bruno Fontaine de nous avoir accordé un peu de leur temps !!

Merci à tous !

Toutes les interviews ICI


Laissez un message à Alexandre Astier ICI


CONSULTEZ NOTRE SITE OFFICIEL : L'AUBERGE DES DEUX RENARDS
( fond d'écrans , épisodes , téléchargement , jeux , concours , news et pleins d'autres choses )


Pour accéder au site cliquez ICI
          
Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kaamelott Index du Forum -> Fan'Art -> Scenarios
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marion
Clodo

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2010
Messages: 9
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 16:02 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Re tout le monde !
C'est encore moi (la dessinatrice de Naheulbeuk).
Comme j'adore Kaamelott, je ne me suis pas contentée de faire un mélange Kaamelott/Naheulbeuk en vidéo.
J'ai aussi écrit une petite fan-fic avec pour héroïne une jeune Elfe métamorphe originaire de l'univers méd-fan de Katura, que vous pourrez retrouver bientôt en bande dessinée (aux éditions Clair de Lune, dessins par Tommaso Renieri) :


Plus d'infos sur mon site : http://katurajdr.fr

Bref, place au récit Smile

 Perceval (marchant dans la forêt avec le Roi Arthur) : Venez, Sire, c'est par là!

Arthur (avançant péniblement dans les fougères) : J'espère que vous ne m'avez pas fait quitter le château pour rien, parce que franchement j'ai autre chose à foutre qu'à crapahuter dans les hautes herbes à cette heure-ci!!

Perceval : Nan mais vous allez voir, Sire, c'est hyper flippant!

Arthur : Je vous préviens, si c'est encore une autre de vos conneries, je... (s'arrête brusquement) Mais... c'est quoi ça?

Perceval : Je crois que c'est encore une de ces portes machins, là... comment vous aviez dit déjà, la dernière fois?

Arthur (se tient devant une porte dimensionnelle genre Stargate) : Une porte dimensionnelle? Encore??

Perceval : Vous croyez qu'elle mène sur le plan démonique, Sire? En tous cas, moi, ça me fait super flipper ces machins.

Arthur : Ben, je sais pas... la dernière fois que vous en aviez traversé une, vous êtes arrivés dans un monde avec deux soleils et vous m'avez rapporté une sorte d'Excalibur bizarre. On peut pas tellement parler de démons.

Perceval : Qu'est-ce qu'on fait, Sire? On traverse?

Arthur : Non mais ça va pas bien?! Vous voulez franchir ce truc sans savoir où vous allez vous retrouver?

Perceval : Ben c'est ce que j'ai fait la dernière fois, et j'ai réussi à revenir, non?

Arthur : Oui mais là, ça risque d'être très différent! Et puis vous venez de me dire que vous trouviez ça flippant, faudrait savoir un peu ce que vous voulez, excusez-moi!

Perceval : Ouais mais en même temps, je trouve ça marrant parce que c'est la surprise à chaque coup, on sait jamais d'avance sur quoi on va tomber. C'est comme à la loterie.

Arthur : Ah ben ça, c'est sûr... sauf qu'à la loterie vous n'avez pas neuf chances sur dix de crever.

Perceval (s'avance à travers la porte) : Bon, ben, j'y vais, on verra bien.

Arthur : Mais non, revenez, espèce d'ahuri!!.... Perceval? Perceval, vous m'entendez?!

Perceval (à travers le portail) : Ouais, je vous entends! Et vous, vous m'entendez?

Arthur : Ben oui, je vous entends!! Alors, qu'est-ce que vous voyez?

Perceval : Ben pas grand-chose.

Arthur : Comment ça, pas grand-chose? Il fait trop sombre?

Perceval : Ah ben pour ça, non, y'a trois soleils!

Arthur : Trois soleils?! Ca va s'arrêter jusqu'à combien cette histoire?!.. Et à part ça, vous voyez quoi?

Perceval : Ben rien. C'est pas très différent d'ici. C'est une forêt.

Arthur : Une forêt? Et y'a des gens ou pas?

Perceval : Non. C'est plutôt calme.

Arthur : Bon, ben revenez, si y'a rien d'intéressant c'est pas la peine de perdre notre temps.

Perceval : Ok!

Arthur : Vous arrivez à voir la porte de là où vous êtes?

Perceval (revient près d'Arthur en passant le portail) : Non, mais j'ai prévu le coup cette fois, je suis resté sur place, comme ça j'ai simplement eu à faire demi-tour.

Arthur : Vous avez bien fait. Bon, ben, venez, on rentre à Kaamelott. Pas la peine de s'éterniser.

Perceval (regardant le portail onduler) : Attendez, Sire!! Regardez, on dirait que quelque chose essaye de passer!!

Arthur (dégainant Excalibur) : Merde mais c'est pas vrai! Vous aviez dit qu'il n'y avait personne!!

Perceval (sortant son épée, commence à paniquer) : Ben, non, j'ai vu personne. Mais peut-être qu'ils étaient bien cachés!

Arthur : Mais essayez d'être un peu plus attentif, nom de nom!!

Perceval (voyant le portail onduler de plus en plus) : Attention, Sire! Ils arrivent!!

Arthur (voyant une forme jaillir du portail) : Aaah!! Mais c'est quoi ça?

Perceval (reculant, paniqué) : Merde, Sire... ça fait flipper... on dirait une...

Arthur : Une... jeune fille?!..

Perceval : Vous avez vu ses oreilles?! Elles sont hyper pointues! C'est pas normal!!!

Arthur : Oui enfin, d'un autre côté, je ne m'attends pas spécialement à voir apparaître quelque chose de normal provenant d'une autre dimension...

Tao (se relève en titubant) : Mais... où est-ce que je suis, moi?!..

(A SUIVRE)

Tao (se relève) : Et zut, j'ai dû traverser un portail de téléportation! Mais qui est assez idiot pour ouvrir un portail en plein milieu de la forêt?! (voyant Arthur et Perceval, les salue poliment) Excusez-moi, Messires... (se retourne et regarde le portail, qui est vide) Mais... il s'est refermé!! Comment je vais faire pour rentrer à Saltia, moi?!! Eh oh!!! Ouvrez, quoi!!...

Perceval : Ah merde, Sire, c'est vrai, regardez, on ne peut plus passer!

Arthur : Ah ben c'est génial, bravo...

Tao (se retourne vers Arthur) : Vous ne sauriez pas le rouvrir?

Perceval : Je ne vois pas comment! Déjà qu'on ne sait pas comment il est arrivé là, alors...

Tao : Ohlala, mais c'est pas vrai!.. Bon ben je n'ai plus qu'à trouver un Faëric pour m'en ouvrir un autre.

Arthur : Un quoi?!..

Tao (frissonne de froid) : En plus, vu le climat, j'ai l'impression que j'ai été emmenée drôlement loin de Kindun!.. Vous pourriez me dire où je suis, s'il vous plaît?

Arthur : Euh... Ben, vous êtes en Bretagne.

Tao : En Bretagne?!.. Eh, mais... attendez une minute... (observe Arthur et écarquille les yeux) J'y crois pas... vous ne seriez quand même pas... le roi Arthur?!!..

Perceval : Ben si. Et moi c'est Provençal...

Arthur : Perceval!

Perceval : Perceval. Chevalier gaulois. Gallois.

Tao (avec un large sourire) : C'est pas vrai! Ca alors, c'est incroyable!!

Arthur : Non mais attendez, vous me connaissez?

Perceval : C'est hyper classe, Sire! Vous êtes connu même dans les autres dimensions!

Arthur : A la limite, que vous ayiez entendu parler de moi... bon, je dirais, pourquoi pas... mais comment vous pourriez me reconnaître? Je n'ai jamais voyagé dans une autre dimension, moi!

Tao : Non mais attendez, je vous explique. En fait c'est parce que je vais assister régulièrement à une pièce de théâtre, à la grande ville. C'est une troupe permanente qui raconte vos aventures. Et c'est franchement excellent. Mais c'est incroyable parce que les acteurs vous ressemblent drôlement! Les intonations de la voix, les costumes, la gestuelle... Tout pareil!

Perceval : Y'a des types qui jouent mon rôle dans votre dimension? Wah... c'est hyper classe.

Tao : Et vous savez le meilleur? La ville dans laquelle la troupe se produit, elle s'appelle Saint-Arthur! En votre honneur, justement! Pour être honnête, je n'ai jamais compris ce que signifiait le mot "Saint", mais on m'a expliqué que c'était en rapport avec vos cultes d'ici.

Perceval : Et y'a pas une ville qui s'appelle Saint-Perceval chez vous?

Tao : Euh, non... pas à ma connaissance.

Arthur : Oui, bon, c'est très sympa tout ça, mais ça n'explique pas comment cette troupe pourrait nous connaître aussi bien que vous le prétendez.

Tao : Mmmh... je crois que j'ai compris. A mon avis, ce n'est pas la première fois que ce portail s'ouvre entre nos deux dimensions. Il y a déjà dû y avoir quelqu'un qui est passé, qui est resté auprès de vous à votre insu et a suivi toutes vos aventures, et qui a réussi à rentrer. Il aura ensuite relaté vos exploits! Et comme il est probable que le temps ne s'écoule pas de la même façon ici et là-bas, je suis arrivée à un moment où ça ne s'est pas encore produit. Peut-être même qu'il s'agit d'un de vos chevaliers!

Perceval : ... Sire, j'ai rien compris.

Arthur : Oui, euh, je vous avoue que sur ce coup-là, j'ai un peu de mal à suivre aussi. Mais bon... passons. Visiblement, vu que la porte s'est refermée, il est probable que vous soyez coincée ici pour un bout de temps.

Tao : J'en ai peur... mais d'un autre côté, si ma théorie est vraie, ça veut dire que la porte peut se rouvrir à tout instant! Enfin... c'est sûr que ça peut prendre un moment... Je ne vais quand même pas rester assise ici sans rien faire pendant des semaines!..

Perceval : Sire, on pourrait demander à un garde de venir surveiller. Comme ça, dès qu'il voit que la porte s'active, ben il vient nous prévenir, et la demoiselle pourra rentrer.

Tao : Ah mais oui! Ca c'est une idée!.. Enfin, si vous êtes d'accord, Sire...

Arthur : Ben... à la limite, moi je veux bien, mais qu'est-ce que je vais faire de vous, moi? Si vous restez vous balader dans le coin, vous allez flanquer la pétoche aux péquores, avec vos oreilles de démon et vos yeux rouges! D'ici à ce que vous vous retrouviez en train de crâmer sur un bûcher...

Tao : Emmenez-moi avec vous! J'aimerais vous aider dans la quête du Graal! Ce serait un immense honneur pour moi!!... Enfin... s'il y a bien une quête du Graal?.. Non parce que, entre ce que la troupe raconte au théâtre et la réalité, il y a peut-être des détails qui ne collent pas forcément... Je connais les pièces par coeur, mais si le gars qui est venu raconter votre histoire a trop romancé, pour le coup, je vais passer pour une idiote.

Arthur : Non, non, il y a bien une quête du Graal... mais ce sont mes chevaliers qui s'en occupent. Je ne vois pas bien en quoi vous pourriez vous rendre utile.

Tao : Alors là, Sire, permettez-moi de vous dire que vous pourriez être surpris!

Arthur : Vous savez manier une épée?

Tao : Non, mieux. Je suis métamorphe!

Perceval : Mets ta quoi?

Tao : Métamorphe! Je peux me transformer en toutes sortes d'animaux!

Arthur (lève les yeux au ciel) : Euh, oui, alors, non, hein, parce qu'on a déjà un druide capable de faire ça. Alors si c'est pour se transformer en matou uniquement la Semaine du Chat ou en araignée uniquement la Semaine de l'Araignée, je ne vois pas trop l'intérêt. Désolé.

Tao : Hein? Mais pas du tout! Je peux me transformer en n'importe quoi, n'importe quand!

Arthur : Vraiment? Alors si je vous demande, mettons, de vous transformer en ours, là tout de suite, vous pourriez?

Tao : Mais oui! Absolument !.... Ah oui, mais non, en fait...

Arthur (dépité) : Eh ben voyons...

Tao : Non, en fait, c'est parce que, ici, y'a pas de Faër.

Arthur : De quoi?..

Tao : Du Faër! C'est l'énergie grâce à laquelle je peux utiliser mon Don. Sans Faër, pas de métamorphose.

Arthur : Donc, je ne vois pas en quoi vous me seriez utile. Désolé. Vous feriez mieux de rester bien sagement ici en tâchant de ne pas vous faire voir, et attendre que la porte s'ouvre. Avec un peu de chance, d'ici une heure ou deux...

Tao : Non, attendez, Sire, je veux quand même essayer! Si ça se trouve, le Faër qui est en moi peut suffire.

Arthur (soupire) : Bon mais vite, parce que j'ai pas que ça à foutre, moi. J'ai une tonne de boulot qui m'attend au château!

Tao (va se cacher derrière un arbre) : J'en ai pour une seconde!

Arthur (voyant qu'elle enlève ses habits derrière l'arbre) : Mais qu'est-ce que vous foutez?!

Tao : Excusez-moi, Sire, mais si je me transforme en ours, je vais déchirer ma tunique! Vous ne croyez quand même pas que la métamorphose tient compte des vêtements que je porte?

Arthur : Ah.. Ouais. Bon, ok, mais grouillez-vous un peu.

Tao : Voilà! Attention, j'arrive!

Perceval (recule, effrayé) : Sire, attention! Un ours!!

Arthur (yeux écarquillés en voyant Tao transformée en ourse s'approcher d'eux) : C'est... c'est vous?!!..

Perceval (paniqué) : Il l'a bouffée! Il a bouffé la petite dame aux oreilles pointues!! Sire, faites quelque chose!!

Arthur (voyant l'ours s'asseoir tranquillement dans les feuilles mortes) : Mais suivez un peu, ahuri! C'est elle! Elle s'est transformée!

Perceval : Hein? Mais j'avais pas compris ça comme ça moi!

Arthur : Mademoiselle, euh, l'ourse! Faites un truc pour montrer au Seigneur Perceval que c'est bien vous!

Tao (s'allonge dans les feuilles et s'étend tranquillement, puis agite une patte comme pour saluer) : Grraor... rrr...

Arthur : Voilà! Vous voyez? C'est elle! Vous pensez qu'un ours sauvage ferait ce genre de chose?

Perceval : Ben, en même temps, des ours sauvages, j'en ai pas rencontré des masses, alors je sais pas. Non, pour être vraiment sûrs, il faudrait qu'elle se retransforme en fille sous nos yeux, là maintenant.

Arthur : Non mais vous êtes pas bien? Si elle se transforme là comme ça, elle va se retrouver toute nue devant nous! Un peu de dignité, bordel!

Perceval : Ah, oui, merde, j'avais pas pensé à ça.

Arthur : Bon, euh, mademoiselle, retournez derrière votre arbre et rhabillez-vous. Revenez ensuite dire au Seigneur Perceval que c'était bien vous! Enfin, en tous cas, si c'est bien vous... je dois dire que je suis très impressionné! Non, vraiment, chapeau. C'est vrai qu'un pouvoir comme celui-là pourrait être utile.

Tao (se relève et retourne derrière l'arbre) : Grrllr!..

Perceval (fâché) : Eh ben, vous pourriez répondre! Espèce de malpolie! Le Roi vient de vous faire un compliment et tout ce que vous trouvez à répondre c'est grrlrl?!..

Arthur (soupire) : Mais ça va, c'est bon! Elle est métamorphosée, sous sa forme d'ours c'est évident qu'elle n'a plus l'usage de la parole!!

Perceval : Ah? bon.

Tao (derrière l'arbre, se rhabille) : Merci, Sire! Ca me ferait plaisir de travailler pour vous, vraiment!.. En tous cas, je suis contente que ça ait marché! (une fois rhabillée, retourne devant Arthur et Perceval) Bon par contre, je préfère vous prévenir, ça marche avec moi parce que j'ai du Faër en moi, mais ça ne marchera pas sur les autres.

Arthur : Comment ça, sur les autres? Je pige pas.

Tao : Ce que je veux dire, c'est que je ne peux métamorphoser que moi. Je ne peux pas transformer quelqu'un d'autre.

Arthur : Ah parce que vous comptiez le faire? Vous faites bien de me prévenir!!

Tao : Non mais je n'avais pas l'intention de le faire! Je sais qu'en général, les gens n'aiment pas trop ça quand ils ne sont pas habitués. C'est vrai que ça peut déstabiliser un peu. Non, je voulais juste vous prévenir au cas où vous me demanderiez de le faire, dans le cadre d'une mission ou autre, vous voyez.

Arthur : Dommage, effectivement ça aurait pu servir. Et pourquoi vous ne pouvez pas le faire, au juste?

Tao : Parce qu'il n'y a pas de Faër!!

Perceval : Sire, je...

Arthur : Oui, je sais, vous n'avez rien compris, moi non plus d'ailleurs. Bon, c'est pas grave, on a vu ce que vous étiez capable de faire, c'est bon, j'accepte de vous prendre à mon service. Retournons à Kaamelott, je vais envoyer des gardes se relayer devant la porte.

Tao (enthousiaste) : Merci Sire!!

(A SUIVRE)

Arthur (assis sur son trône dans la grande salle d'audience de Kaamelott, face à toute l'assemblée) : Pour la DERNIERE FOIS, je vous répète que NON, la demoiselle n'est pas un DEMON! C'est une... euh... comment vous dites déjà?

Tao (debout à côté du trône) : ... Une Elfe.

Arthur : C'est ça. Une Elfe qui vient d'une autre dimension, et qui est donc ici, un peu malgré elle je l'avoue, en tant qu'émissaire de cette dimension. Je tenais donc à vous la présenter afin que vous ne soyez pas, disons... surpris par sa présence.

Bohort (peu rassuré) : Mais, Sire, comment pouvez-vous être sûr que ce n'est pas une succube venue du plan démonique pour nous tuer?.. Je vous avoue que je trouve son allure fort peu engageante...

Tao (dépitée) : Sympa, merci... ça commence fort, les présentations.

Perceval (à Bohort) : Ah non, mais j'y suis allé moi, dans sa dimension, et ça ne ressemblait pas du tout à un plan démonique, hein. Enfin d'un autre côté, je ne sais pas à quoi ça ressemble, alors...

Arthur (soupire) : Bon, euh... Père Blaise... Vous devriez pouvoir le sentir s'il s'agit d'un démon, non? Est-ce que vous voyez une sorte d'aura maléfique ou quelque chose dans le genre?

Père Blaise : Ah ben là, honnêtement, je ne saurai pas vous dire... Non, moi, elle m'a l'air parfaitement normale, cette demoiselle... enfin à part les oreilles...

Bohort : Et les yeux! Sire, elle a les yeux rouges comme le sang! N'allez pas me dire que ce n'est pas une mise en garde!

Arthur (agacé) : Oui bon, ben, elle a les yeux rouges comme elle aurait pu avoir les yeux jaunes ou violets! Pour la dernière fois, c'est une Elfe, et elle va désormais vivre au château, alors vous feriez bien de commencer à vous y faire dès maintenant. Voilà.

Léodagan : Eh ben, bravo... c'est du propre. Vous les prenez au berceau, vos maîtresses, maintenant?

Arthur (surpris) : De quoi?!

Léodagan : Ben oui, la gamine, elle a quel âge? 12, 13 ans?

Tao : Mais pas du tout! J'ai 16 ans!!

Léodagan : Oui ben ça change pas grand-chose. Ca fait jeunot quand même...

Arthur : Mais enfin, je n'ai jamais dit que c'était ma nouvelle maîtresse, ça suffit maintenant! En plus, elle n'est pas du tout mon genre.

Tao (à Arthur, agacée) : Ah, bon? Je suis si moche que ça?

Arthur : Non, c'est pas ça, mais bon, c'est vrai que les oreilles... et tout ça... ça a tendance à me couper un peu la... enfin...

Tao : Non mais là, ça commence à devenir limite vexant... Je vous informe quand même que là d'où je viens, les Elfes sont l'objet de nombreux fantasmes de la part des Humains! Non mais!!

Léodagan : Ah ben, les humains de chez vous, ils font ce qu'ils veulent, hein... mais bon, ici...

Tao (vexée) : Et si on arrêtait de s'occuper de mes oreilles et qu'on parlait un peu de mes pouvoirs?

Merlin : Ses pouvoirs? Quels pouvoirs? Attendez, vous allez quand même pas me dire que c'est une magicienne qui vient me remplacer, non?!

Arthur (désespéré) : Mais noooon, enfin!.. Mais laissez-moi en placer une, bordel!!..

Tao : Non, mais, je vous rassure tout de suite, Messire Merlin, mes dons sont très limités. Je n'ai aucune intention de marcher sur vos plates-bandes.

Merlin (gêné) : Hein? Mes... Ah, vous voulez parler de ces plantations d'herbes qui puent la pisse de chat dans les bacs devant mon laboratoire? Non mais c'est pas à moi, ça, c'est Elias qui...

Tao (surprise) : Mais... non!.. Je voulais juste dire que mes modestes talents ne viendront en rien perturber votre travail habituel. Bon, je ne dis pas, j'ai aussi appris à faire quelques potions bien utiles à l'époque où j'étudiais à l'Université Faërique, j'avais un professeur très compétent. Mais je doute que les recettes marchent ici.

Arthur : Ah bon? Et pourquoi?

Tao : Parce qu'il n'y a pas de...

Arthur : Pas de Faër, oui, ça va, j'ai compris!

Bohort : De quoi?

Arthur : Non mais laissez tomber, si on doit commencer à vous expliquer, ça va prendre une plombe. Bon... Pour résumer, disons que Damoiselle Tao a le Don de Métamorphose. Autrement dit, elle est capable de se transformer en animal sur commande. Et donc, elle pourra assister ceux d'entre vous qui auraient besoin d'un coup de patte ou autre... enfin voilà, je n'ai pas encore d'idée précise sur les applications pratiques de ce talent, mais je suis sûr que vous trouverez de quoi l'occuper intelligemment en attendant que la porte dimensionnelle se rouvre.

Paysan 1 : Ah ben dites voir, ça tombe drôlement bien! Y'a mon boeuf il s'est cassé la patte, je peux plus tirer ma charrue. Alors si la petite demoiselle pouvait...

Arthur (lève les yeux au ciel) : Non mais je ne disais pas ça pour vous, Gethenoc... Je parlais aux chevaliers! Au cas où ils penseraient qu'un don de Métamorphose pourrait être utile dans le cadre d'une mission, par exemple.

Paysan 1 : Et pourquoi qu'elle pourrait pas m'aider? Les travaux des champs, c'est pas assez prestigieux, c'est ça?

Tao : Non mais ce n'est pas le problème. C'est juste que je ne sais pas combien de temps exactement je vais rester ici... alors si je dois repartir dès demain par exemple, j'aimerais autant mettre le peu de temps dont je dispose à profit pour effectuer des tâches plus... utiles à la communauté!

Paysan 1 : Ben si c'est ça, pourquoi que vous nous avez fait venir alors?

Arthur : Eh bien, pour que vous sachiez qu'une Elfe capable de se transformer à volonté habite dans le coin. Comme ça, si vous croisez une bête qui vous paraît agir, disons, de manière étrange, vous saurez que vous ne devez pas la tuer.

Paysan 1 : C'est facile à dire ça! Si je vois une vache en train de brouter dans mon champs, comment je saurais si c'est elle ou pas?

Paysan 2 : Ah ben ça c'est pas compliqué, si c'est une belle vache bien grasse et propre, à l'oeil vif et au pelage soyeux, ben vous saurez que ça risque pas d'être la vôtre!

Tao (vexée) : Comment ça, grasse?

Paysan 2 : Nan mais le prenez pas mal, c'était un exemple.

Paysan 1 : Et ma gibolle dans vos miches, ça sera aussi un bel exemple, je peux vous le dire!

Arthur : Bouclez-la, vous deux!! Bon, maintenant, est-ce que c'est bien clair pour tout le monde? (Caradoc lève la main) Caradoc?

Caradoc : Est-ce que sa métamorphose fait repousser les membres?

Arthur (interloqué) : Quoi? Qu'est-ce que vous me chantez?!

Caradoc : Ben, une bonne femme capable de se transformer en volonté en porc ou en poule, franchement, ça vaut tout les Graals du monde. Mais bon, si ça sert qu'une fois, je vois pas bien l'intérêt.

Arthur : Mais elle ne va pas se transformer pour se faire bouffer, espèce de glandu!!

Caradoc : Ben dans ce cas, excusez-moi, mais je ne vois pas DU TOUT l'intérêt de ce truc.

Arthur : Mais réfléchissez deux secondes, bon sang!! En prenant l'apparence d'un animal de petite taille, elle peut espionner ou se faufiler dans des passages étroits... en se transformant en fauve, elle peut attaquer un ennemi... en se transformant en oiseau, elle peut prendre de la hauteur pour voir de loin si quelqu'un approche... les possibilités sont multiples!

Guenièvre (tremblante) : En... en oiseau?.. Vous... vous pouvez vous transformer en oiseau?

Tao : Oui, bien sûr.

Arthur : Euuuh oui mais non. Pas en oiseau.

Tao : Mais si, aucun problème!

Arthur : Non. Non, vous ne pouvez pas vous transformer en oiseau. Ni en serpent d'ailleurs.

Tao : Mais je...

Arthur : Ecoutez, c'est simple, je vous INTERDIS de vous transformer en oiseau ET en serpent tant que vous êtes dans l'enceinte du château. C'est clair?

Yvain : Et en guêpe. C'est trop hyper dangereux les guêpes.

Arthur : Voilà. Ni oiseau, ni serpent, ni guêpe. Et vous, Caradoc, si vous croisez un animal dans le château, dans le doute, VOUS NE LE BOUFFEZ PAS! C'est clair?!

Tao (pas rassurée) : En fait, je crois que le plus simple serait que je ne me transforme pas du tout dans le château. Uniquement à l'extérieur.

Arthur : Oui, voilà. Ca me paraît un excellent plan.

Guenièvre : Oui, personnellement, j'aime autant.

Séli : D'autant que si l'envie vous prend de vous balader en souris et que je vous croise sur mon chemin, vous avez de fortes chances de ne plus jamais rentrer chez vous. J'aime autant vous prévenir.

Tao (déglutit) : Non, non, c'est très clair. Pas de transformation dans le château. C'est compris.

Arthur : Bien. Maintenant que tout est au point, belle-maman, si vous pouviez trouver une petite piaule pour notre invitée...

Séli : Ouais, on va vous trouver ça. Suivez-moi.

Tao : Euh... d'accord...

(A SUIVRE)

Guenièvre (à table, le midi, en famille - à Tao) : Alors? Vous avez bien dormi?

Tao : Ben, en général, je dors dans la forêt... alors bon, dormir entre quatre murs, j'avoue que j'ai eu un peu de mal au début. Mais on s'y fait!.. Et puis, le lit était quand même bien agréable. Surtout avec ce froid!

Léodagan (cynique) : C'est marrant, mais moi j'aurais juré que vous n'auriez pas passé pas la nuit.

Arthur : Ah bon? Et pourquoi ça?

Léodagan : Oh, je ne sais pas, des fois que la petite serait somnambule et se serait transformée en je ne sais quoi durant son sommeil... avant de faire une petite promenade dans les couloirs!..

Tao : Ah oui... euh... en fait, c'est vrai que c'est un problème qui m'est arrivé une fois ou deux...

Arthur : Quoi?! Mais vous auriez pu le dire plus tôt!! Avec tout ce qui s'était dit hier durant les présentations, imaginez si vous aviez croisé Caradoc aux cuisines!!

Léodagan : C'est pour ça que j'avais parié qu'elle ne passerait pas la nuit.

Tao : Non mais en fait, j'y ai pensé... et je savais que ça ne risquait pas d'arriver ici.

Arthur : Et pourquoi ça ?

Tao : Ben, parce qu'ici, il n'y a pas de...

Arthur : ... de Faër, oui... on va finir par le savoir!!

Tao : De ce fait, ma métamorphose est limitée, et surtout, je suis loin de son influence.

Arthur : De son influence? A qui?

Tao : De... la créature qui provoque ces transformations non contrôlées. Dans ma dimension. Mais bon, je ne vais pas rentrer dans les détails, ça risque d'être un peu long à expliquer.

Léodagan : Ce qui n'est pas long à comprendre, en revanche, c'est que vous êtes en train de bien vous foutre de notre gueule, mais quelque chose de sérieux.

Tao (peu rassurée) : Que voulez-vous dire?

Léodagan (agacé) : Non mais ça va bien, maintenant, arrêtez avec vos conneries! Depuis hier vous nous chantez sur tous les tons que vous êtes capable de vous transformer en n'importe quoi, n'empêche que depuis que vous êtes arrivée, je n'ai pas vu une seule écaille ni la moindre corne vous pousser dessus, excusez-moi!

Arthur (à Léodagan) : Est-ce que, par hasard... c'est juste une supposition, hein, je sais très bien que vous n'oseriez pas... vous ne seriez pas en train de me traiter de menteur?!..

Léodagan : Non, je dis juste qu'à part vous et l'autre abruti, personne ne l'a encore vue se transformer. Alors bon... pour peu que vous vous soyez arrêtés quelques temps à la taverne avant d'aller voir cette fameuse porte... Enfin, je dis ça, je dis rien, hein!..

Tao : Mais c'est parce que j'ai promis hier de ne pas me transformer tant que cela ne venait pas d'un ordre direct du roi ou de l'un de ses chevaliers!

Arthur (agacé) : Oui, déjà, première chose. Et ensuite, deuxième chose, je n'aime pas beaucoup vos insinuations. Nous n'avions pas picolé et je sais parfaitement ce que j'ai vu! Mademoiselle Tao s'est transformée en ourse devant nous. Vous croyez vraiment que j'ai le temps de m'enfiler des pintes?!

Léodagan : Bon, alors, d'accord, soit, vous l'avez vue se transformer en ourse. Bon, éh bien maintenant, moi aussi j'aimerais bien voir ce prodige. Alors, mademoiselle, voici un ordre direct d'un Chevalier de la Table Ronde : transformez-vous en furet!

Tao : Euh...

Arthur : Non. Ne faites rien. C'est un ordre.

Léodagan : Ah bon? Et pourquoi ça, je vous prie?!

Arthur : Parce qu'elle n'a pas là pour obéir à vos caprices mais pour aider dans la quête du Graal!! Alors vous lui demanderez de se transformer au cours d'une mission et pas quand on est à table!! Donc maintenant vous la bouclez, on finit de manger et on va se réunir à la Table Ronde!!!

Séli : A la Table Ronde? Avec la gamine?

Arthur : Ben oui, elle est à l'ordre du jour, on va difficilement pouvoir faire sans...

Séli : Ah ben ça c'est amusant, je croyais que les réunions de la Table Ronde étaient interdites aux femmes! Exception faites des femmes enceintes puisqu'apparemment la nièce du Duc d'Aquitaine a pu avoir cet honneur.

Arthur : Oui, mais là, c'est différent. C'est pas vraiment une femme.

Tao (vexée) : Euh, dites... ça ne va pas recommencer, non?..

Arthur (gêné) : Non, mais, euh, ce que je voulais dire, c'est que vous n'êtes pas une femme "humaine". Et la réunions de la Table Ronde sont interdites aux femmes... humaines... pas enceintes. Voilà.

Guenièvre : Eh ben... c'est carré carré vos petites réunions...

(A SUIVRE)

Arthur (siégeant à la Table Ronde) : Bon, tout le monde est là... Père Blaise, vous pouvez rappeler l'ordre du jour?

Père Blaise : Eh bien, il s'agit de tester l'efficacité des pouvoirs de damoiselle Tao dans le cadre d'une mission en présence de chevaliers. Nous avons donc pensé dans un premier temps à la confier au Seigneur Léodagan afin qu'ils parcourent un peu les routes à droite à gauche, et voir comment les choses se passent, globalement.

Léodagan : Ca me va. Au moins je pourrai voir concrètement de quoi elle est capable, la petite.

Tao (inquiète) : Euh... loin de moi l'idée de discuter vos ordres, Sire, mais... est-ce que je ne pourrai pas plutôt partir avec, disons... le Seigneur Bohort?

Bohort (surpris) : Hein? Mais... mais pourquoi moi?!.. Sire!..

Léodagan (vexé) : C'est vrai, ça, pourquoi? Je pue?

Tao : Non, c'est pas ça... mais, comment vous dire... (tout bas) Vous me faites peur.

Léodagan : Aaaaah, bon! Ben si c'est que ça...

Arthur : Non, mais, ne vous inquiétez pas, mademoiselle Tao. Bon, c'est vrai que le Seigneur Léodagan est... comment... plutôt du genre bourrin, hein? On peut le dire?..

Léodagan : J'ai rien dit, moi.

Arthur : Par contre, sachez qu'il ne frappe jamais les femmes. C'est un peu un principe si vous voulez.

Léodagan : Oui, et croyez-moi que ça me gonfle ce truc, parce que j'en connais une ou deux dans mon entourage, une torgnole de temps à autres, ça ne leur aurai pas fait de mal.

Tao : Oui, mais bon, tout à l'heure, vous disiez que je n'étais pas vraiment une femme, alors...

Bohort : Comment? Voyons, Sire, comment pouvez-vous dire une chose pareille! C'est honteux!

Arthur : Nan, mais j'ai pas dit ça comme ça...

Tao : Ah, ben, si, excusez-moi, mais c'est exactement ce que vous avez dit.

Arthur : Non mais je voulais dire qu'elle n'est pas "humaine"!

Tao : Oui mais du coup, le Seigneur Léodagan, ça ne va peut-être plus le retenir, et... enfin... voilà... je préfèrerais accompagner Bohort si ça ne vous dérange pas.

Arthur : Mais pourquoi spécialement Bohort? Je pige pas.

Tao : Eh bien, disons que s'il est conforme à l'image que la troupe de théâtre donne de lui, je pense que nous aurons davantage d'affinités... Si on doit se balader sur les chemins pendant un certain temps, nous aurons des sujets de conversation plus intéressantes.

Bohort (flatté) : Ah? Vraiment? Et, euh, dans quels domaines en particulier?

Tao : Eh bien, à moins que je ne me trompe, vous êtes plutôt du genre... sensible... doté d'un certain sens artistique! Et nous, les Elfes, on aime ça... tout ce qui touche à la créativité, la musique...

Bohort (enthousiaste) : C'est vrai?.. Eh bien, sachez que je serais ravi d'entendre des chansons de votre monde! Sire, si vous êtes d'accord, je veux bien accompagner mademoiselle Tao.

Arthur : Euh, oui, mais non. Vous êtes sensée partir en mission pour tester vos compétences et pas pour papoter durant des heures des derniers ménestrels à la mode. Je n'ai pas choisi le Seigneur Léodagan pour rien. Si jamais pour une raison ou une autre votre métamorphose foire, je ne sais pas moi, si vous tombez à court de fer...

Tao : ... Faër!

Arthur : ... peu importe... il vaut mieux que vous soyez avec quelqu'un capable d'assurer votre sécurité. Et pour le coup, le Seigneur Bohort n'est pas spécialement le plus... comment dire... qualifié pour ça.

Bohort (inquiet) : J'avoue que notre bon roi n'a pas tout à fait tort sur ce point.

Tao : Bon, euh, dans ce cas, je ne sais pas moi... je pourrais peut-être partir avec le Seigneur Lancelot?

Lancelot (avec condescendance) : Euh, pff, non, sérieusement, aujourd'hui je dois partir pour une mission importante et je n'ai franchement pas le temps de traîner des écolières derrière moi, vous m'excuserez.

Arthur (agacé) : Non mais il n'y a pas à discuter mes ordres! Vous partirez avec le Seigneur Léodagan, un point c'est tout! Et si jamais il se montre un peu trop, comment dire, exigeant avec vous, éh bien ce sera l'occasion pour vous de lui montrer que vous ne vous laissez pas faire!!

Léodagan (à Tao, menaçant) : Essayez un peu pour voir.

Tao (tremblante) : Ca vous ennuie si je sors deux minutes pour pleurer?..

(A SUIVRE)

Arthur (siégeant à la Table Ronde) : Bon! Seigneur Léodagan, nous écoutons votre compte-rendu.

Léodagan (cynique) : Oh ben pas de problème, ça va être court.

Perceval : Tant mieux, j'aime pas quand c'est trop long, au bout d'un moment y'a toujours des mots que je comprends pas, ça me saoûle.

Arthur : Ah... Pourquoi, ça ne s'est pas bien passé?..

Léodagan (fixant Tao qui tente de se cacher sous la table, avec un air menaçant) : Ben ça, c'est à vous de voir...

Père Blaise (se tenant prêt à écrire) : On vous écoute.

Léodagan : Bon alors on a fait comme vous avez dit, on est sortis du château, on a marché sur les chemins au peu au pif, hein... Bon, au bout d'un moment, il ne se passe rien de bien folichon, alors je m'emmerde, et je l'amène à un coin de bosquet où je sais qu'il y a souvent des embuscades. Eh ben ça a pas loupé, y'a trois lascars qui sont sortis de derrière un buisson pour nous attaquer. Et là elle me dit : laissez-les moi, je me transforme en tigre, et je n'en fais qu'une bouchée!

Bohort (qui devient vert) : Vous... vous aviez vraiment l'intention de les dévorer?..

Tao (gênée) : Mais non, c'était juste une façon de parler. Je voulais seulement leur faire peur pour qu'il s'enfuient.

Arthur : Et ensuite? La métamorphose n'a pas marché?

Perceval : Et voilà! J'en étais sûr. Déjà un mot que je comprends pas.

Arthur : Quoi? Métamorphose? Mais ça fait dix fois que je vous explique! Ca veut dire transformation! C'est quand Tao prend l'apparence d'un animal.

Perceval : Ah ouais! C'est ça. Excusez-moi, ça a du mal à rentrer.

Arthur (soupire) : Bon. Et donc, cette transformation en tigre? Elle n'a pas réussi?

Léodagan : Ah si! Alors là, je retire ce que j'ai dit ce midi, j'ai été drôlement impressionné, si si! Non, là, je dois reconnaître, elle m'a presque flanqué les pétoches, la demoiselle! Non, non, la métamorphose, rien à dire. Par contre, niveau efficacité, c'est zéro.

Arthur : Comment ça? Elle n'a pas voulu attaquer?

Léodagan (cynique) : Ben ça je saurais pas vous dire. Parce que le temps que mademoiselle aille se planquer derrière un arbre pour se défroquer, j'ai eu le temps de les zigouiller à moi tout seul, les gars.

Arthur : Ah... oui. Je crois que je vois ce que vous voulez dire.

Bohort (qui devient rouge - à Tao) : Vous vous êtes déshabillée?..

Tao : Ben... j'ai pas trop le choix...

Arthur : Euh, oui, forcément... c'est un problème.

Léodagan : J'aurais bien aimé qu'elle m'explique un peu avant comment ça fonctionne son truc, ça m'aurait évité de perdre mon temps! Je ne lui ai rien fait par respect pour la gent féminine, mais croyez-moi que si ç'avait été mon fils ou votre tafiole de neveu, vous ne l'auriez pas reconnue à notre retour, je peux vous le dire!!

Tao (gênée) : Ben oui mais comment voulez-vous que je fasse? Je ne vais quand même pas partir en mission toute nue! Surtout avec le climat d'ici, je serais clouée au lit pendant des jours après chaque sortie!

Caradoc : Et voilà! C'est ce que je me tue à vous dire depuis le début. Son truc, ça ne sert à rien!

Arthur : Non, mais bon, sans forcément aller jusque-là, c'est sûr qu'il serait peut-être intéressant de se pencher sur la question. Je ne sais pas, on peut pas imaginer que vous portiez juste un truc tout simple qui s'enlève et se remet facilement? De manière à ce que vous puissez vous transformer très vite en cas de besoin, tout en restant décente le reste du temps.

Bohort (souriant) : Je viens à l'instant de l'imaginer dans une adorable petite cape rouge qui lui irait très bien!

Arthur : Eh bien voilà! Tao, vous qui vouliez collaborer avec le Seigneur Bohort, c'est l'occasion. Mettez au point ensemble une tenue de voyage pratique qui vous évitera de perdre un temps précieux chaque fois que vous devrez vous métamorphoser.

Tao : Moi je veux bien. Mais pour les pieds?

Arthur : Comment ça, pour les pieds?

Tao : Ben les bottes, ça me prend aussi pas mal de temps à retirer. Et je ne vais quand même pas marcher pieds nus. Dans ma forêt, ça va, j'ai l'habitude, le sol est doux et moussu... mais là, vu l'état de vos chemins, je vais avoir la peau arrachée au bout de cinq minutes!

Arthur : Non mais après, ça dépend des chemins. Il suffira de passer par les routes pavées, et là y'aura pas de souci.

Léodagan (furieux) : Alors là je vous préviens, si on part en mission en prenant les routes pavées, ça sera sans moi!!

(A SUIVRE)

Bohort et Tao (chantant en choeur en souriant gaiment, Bohort jouant du luth, dans la chambre de Bohort) : "Beeeelleuh qui tient ma viiie, captiiive dans tes yeuuuux... qui m'a l'âmeuuuh raviiieuuh... d'un sourire gracieuuuux..."

Léodagan (en tenue de nuit, faisant irruption brusquement dans la chambre, furieux) : NON MAIS OH!! C'est pas un peu fini tout ce bordel?!!! Il est une heure du matin!! On vous entend beugler dans tout le château!!

Bohort (surpris) : Une heure du matin?! Déjà? Vous êtes en sûr?!..

Léodagan : Ah parce que vous ne vous en êtes même pas rendu compte, qu'il y en a qui dorment?!.. Je comprends mieux pourquoi vous êtes encore habillés, tous les deux! Notez, ça vaut mieux pour vous, Seigneur Bohort, parce que si j'avais été raconter au Roi que j'ai surpris la petite à passer la nuit dans votre chambre, ça n'aurait pas été jojo, j'aime autant vous le dire!

Bohort (paniqué) : Ah non, mais, ce n'est pas du tout ce que vous croyez!!..

Tao : Nous avons juste passé la soirée à mettre au point mes habits de voyage.

Bohort (pose le luth et déploie la cape) : Nous avons conçu une ravissante cape, à la fois élégante et pratique, avec des poches pour qu'elle puisse transporter de menus objets.

Tao : Je peux la tenir fermée par-devant grâce à ses larges pans fourrés. Ca tient chaud, et je peux la retirer d'un simple geste!

Bohort : Et pour ses petits pieds, une paire d'espadrilles légères mais renforcées par le dessous. Tout simplement ravissant!

Tao : Et après, on a discuté, parlé de choses et d'autres... Je lui ai dit qu'il me rappelait un ménestrel de mon pays que j'aime beaucoup.

Bohort : Elle m'a appris des chansons de son monde vraiment très jolies! Nous n'avons pas vu le temps passer. Et je... (Léodagan s'empare soudain du luth sans dire un mot, et le fracasse violemment contre la table en frappant plusieurs fois) Mais... Seigneur Léodagan!! Mon luth!! (Tao, terrorisée, se transforme en rat, se dépètre de ses vêtements en vrac par terre et saute se réfugier à l'intérieur de la tunique de Bohort) Aaaaah!! Mademoiselle Tao!! Sortez de là, ça chatouille!!! (Bohort gigote et cours dans tous les sens dans sa chambre) Non! Ah! Arrêtez! Ca gratte! Ca pique! Je ne supporte pas les rats!! Sortez de lààà!!! (Bohort parvient à tirer Tao par la queue et la balance, dégoûté, en direction de Léodagan, qui la rattrape) Aaaah!!!...

Léodogan (secouant Tao par la peau du cou) : Ah ben bravo! Seulement un jour que vous êtes là et vous avez déjà désobéi! A ce que je sache personne ne vous a ordonné de vous transformer en rat!! Ca promet pour la suite!!

Bohort (essayant de se calmer) : Mais comprenez-la, Seigneur Léodagan, vous lui avez fait peur!

Léodagan (continuant de la secouer, furieux) : Oh mais je vais lui donner une bonne raison d'avoir peur, moi!! (Tao le mord brusquement au doigt) AIEUH!!! (Il la lâche, elle atterrit par terre).

Arthur (en tenue de nuit, entrant brusquement dans la pièce) : Non mais vous êtes pas bien, à hurler comme ça tous les deux?!! Qu'est-ce qui passe ici, bordel?!! (voyant le rat à terre, qui court entre ses jambes) AAAH! C'est quoi ça?!!! (Tao s'élance hors de la pièce et disparaît dans le couloir. Arthur se tourne vers Bohort) Ne me dites pas que c'était... (il voit les habits de Tao par terre)...

Léodagan : Ben, si. C'était.

Bohort (inquiet) : Ne soyez pas trop dur avec elle, Sire. Le Seigneur Léodagan ne s'est pas montré très tendre...

Léodagan : Ah ben comme par hasard, ça va être de ma faute, maintenant...

(Un peu plus tard, dans la chambre de Tao. Elle est prostrée sous ses couvertures. Arthur entre et pose ses vêtements sur son lit. Il s'assoit à côté d'elle.)

Tao : ... Vous allez me renvoyer, Sire?..

Arthur (soupire) : Non. Je ne vais pas vous renvoyer.

Tao : Je suis désolée, j'ai paniqué... Quand j'ai des moments de stress, je me transforme parfois sans le faire exprès.

Arthur : Non, ça, ça va, je peux comprendre. Mais vous auriez pu éviter de le mordre... Ca ne va rien faciliter pour la suite.

Tao : J'espère que je ne lui ai pas fait trop mal...

Arthur : Il s'en remettra... il en a vu d'autres. Mais je pense qu'il vaut mieux que vous évitiez de le croiser pendant quelques temps. Demain, vous partirez en mission avec un autre groupe. Et cette fois, tâchez de faire un effort, mmh?..

Tao : Promis...

Arthur : Allez... bonne nuit.

Tao : Bonne nuit, Sire... Et, euh... merci de m'avoir ramené mes vêtements...

(A SUIVRE)

Perceval (râle en marchant dans un labyrinthe avec Caradoc et Tao, tenant une torche - Tao est emmitouflée dans sa nouvelle cape) : Non mais là c'est n'importe quoi! Sérieux on passe pour quoi là?! Ca ressemble à rien votre truc!

Caradoc : Si tout le monde ne s'était pas mis à vous regarder bizarrement à la taverne, on aurait pu rester assez longtemps pour ne pas avoir à emmener le casse-croûte avec nous. Du coup, ça fait du poids en plus, ça fatigue, après ça faudra pas vous étonner si on n'arrive pas à assurer votre sécurité!

Tao (bougonne) : Je ne suis pas sûre que c'était à cause de ma cape qu'ils me regardaient... Et puis moi, d'abord, je l'aime bien. Et puis vous serez bien contents que je n'aie pas mis mes autres vêtements quand on tombera sur les gobelins.

Caradoc : Alors, excusez-moi, mais à part nous ralentir à cause de vos saletés d'espadrilles qui foutent le camp à chaque pas, jusqu'à présent vous ne nous avez pas été franchement utile.

Perceval : Faudrait un peu arrêter de nous prendre pour des cons. On lui a pourtant bien expliqué, à Arthur, qu'on avait mis au point une technique pour se débarrasser de cent adversaires en un coup. On n'a vraiment pas besoin d'une bonne femme capable de se transformer en rat pour nous gêner. On pouvait y aller tout seul, chercher cette pierre de lune machin!

Caradoc : En plus, sérieusement, si vous ne voulez pas vous transformer en porc ni en mouton, et que votre misanthropie ne permet pas de faire repousser les membres, je ne vois toujours pas l'intérêt de vous avoir à la Table Ronde, excusez-moi.

Tao (bougonne) : Métamorphose!

Caradoc : C'est pareil. Ca ne sert strictement à rien à part emmerder le monde!

Perceval : Stop! Attendez! Je crois que j'ai entendu du bruit!

Caradoc : Les gobelins! Sortez votre épée et préparez-vous, on va leur montrer notre nouvelle technique!

Perceval : Ouais! Ils n'ont aucune chance!

Tao (soupire et regarde Perceval et Caradoc foncer sur une vingtaine de gobelins teigneux) : Pff...

Caradoc (en train de se prendre des coups) : Ah mince, j'ai l'impression qu'il y a un truc qu'on n'a pas fait comme il fallait.

Perceval (en train de se prendre des coups) : Ouais, ça ne doit pas être la bonne technique contre des gobelins!

Caradoc (qui se prend un coup d'épée de gobelin) : A mon avis, on n'a pas tenu compte de la petite taille de nos adversaires. Ca oblige à revoir toute notre stratégie.

Perceval : Aie! Eh, vous, là-bas, faites quelque chose au lieu de rester plantée comme une quiche!! Aie!!

Tao (blasée) : Qui, moi?.. Bah, j'ai promis de ne plus me transformer tant qu'on ne m'en donne pas l'ordre, alors...

Caradoc (submergé, commence à paniquer) : On vous donne l'ordre!! On vous donne l'ordre!!

Tao (de mauvaise humeur) : Vous ne pouvez pas être plus précis? Vous voulez que je me transforme en quoi?

Perceval (paniqué) : En ce que vous voulez, mais faites quelque chose, espèce de cruche!!

Tao : Ok, ok...

(Tao enlève sa cape et se transforme en immense griffon, mi-aigle mi-lion. Elle attaque les gobelins en rugissant)

Perceval (terrorisé) : Oh merde, mais qu'est-ce que c'est que ça?!!

Caradoc (paniqué, recule) : Y'a aussi un monstre dans ce labyrinthe? C'était pas prévu, ça!

Perceval : Il est en train de tuer les gobelins! Après ça, à tous les coups il va s'en prendre à nous!

Caradoc : Laissez tomber, la pierre de lune est maintenant hors de portée, faut se barrer!

(Perceval et Caradoc sortent du labyrinthe en courant. Peu de temps après, dans la salle du trône de Kaamelott, ils arrivent devant Arthur et Léodagan, tout essouflés et couverts de blessures.)

Perceval : Sire! Sire! Le labyrinthe dans lequel vous nous avez envoyés, il est vachement plus dur que ce que vous nous avez dit!!

Caradoc : Vous nous aviez dit qu'il n'y avait que quelques gobelins!

Arthur (surpris) : Ben, oui, c'est ce que la Dame du Lac m'a raconté, oui... Mais qu'est-ce qui s'est passé?

Perceval : Juste au moment où on allait buter les peaux-vertes, y'a un monstre qui est arrivé!

Arthur : Un monstre?! Quel monstre?

Caradoc : Un espèce de machin avec un corps de lion, une tête d'aigle, et des ailes! Comment ça s'appelle déjà?..

Arthur (écarquille les yeux) : Un griffon?! Vous avez vu un griffon dans le labyrinthe de la Pierre de Lune?!!..

Léodagan : Non mais qu'est-ce qui faut pas entendre...

Arthur (incrédule) : Et vous allez me dire que c'est lui qui vous a mis dans cet état?..

Caradoc : Euh... non.. ça c'est les gobelins. Mais c'est à cause de notre technique qui n'était pas encore parfaitement au point.

Perceval : Ouais, rapport avec la taille ou ch'sais plus quoi...

Léodagan (cynique) : Etonnant.

Perceval : Non, le griffon, il s'en est pris aux gobelins. Du coup ça nous a laissés le temps de nous échapper...

Léodagan (regarde autour de lui) : Et il a bouffé la gamine?

Caradoc : Euh...

Perceval : C'est vrai, tiens, elle est passée où celle-la?..

Arthur (soupire - cynique) : Vous êtes sûrs que ce n'était pas Tao, le griffon, bande de CONS?!!

Caradoc : Ah ben, non, Sire. Vous nous avez dit qu'elle se transforme en animal. Le griffon, c'est un monstre mythologique, c'est pas un animal. Ca se mange pas.

Tao (arrivant au fond de la salle, couverte de sang) : Là d'où je viens, ça s'appelle un grifain, et c'est un animal comme un autre.

Perceval (se retourne et la voit arriver) : Ah ben vous êtes là vous?!

Léodagan (cynique) : Ah ouais quand même. Bravo. Alors on vous confie une alliée, et vous, vous la laissez sur place, en proie à une bande de gobelins, et vous vous barrez. Non, là, je dis, chapeau. Enfin, c'est pas que ça m'aurait déplu, notez bien, hein. Mais là, quand même...

Arthur : Euh, ça va? Vous n'êtes pas blessée?

Tao : Non, non. C'est le sang des gobelins. Ca tâche un peu... C'est dommage, une jolie cape tout neuve...

Léodagan (impressionné) : Aaah! Ben voilà! Là on commence à avoir quelque chose! Toute seule contre des dizaines de gobelins, là je dis, oui, y'a un début de truc qui peut donner.

Arthur : D'ailleurs, euh, vous en avez encore un petit bout, à la commissure des lèvres.

Tao (s'essuie la bouche) : Oh... pardon.

Perceval : Mais, alors, c'était vraiment vous, le griffon?!

Tao : Ben évidemment, espèce de taches!!... Qui vouliez-vous que ce soit? Quand j'en ai eu fini avec les petites créatures vertes, je me suis retrouvée toute seule dans le labyrinthe, et sans torche en plus, merci bien!!.. J'ai dû me transformer en chat pour voir dans le noir et trouver la sortie!

Caradoc : Ecoutez, on est désolés, mais sincèrement, ce genre de créature, on ne savait pas que vous pouviez. Nous, quand on dit animaux, on pense pas à un griffon, excusez-nous.

Léodagan : Oui ben, le problème, c'est justement que vous ne pensez pas souvent à grand-chose. Bon, et sinon, cette pierre de lune, finalement?..

(Tao prend l'objet dans la poche de sa cape et la donne à Arthur).

Arthur (regarde la pierre de lune, impressionné) : Eh bien... Je ne sais pas trop quoi dire. Bravo. Non, vraiment... félicitations. Je suis très impressionné.

Léodagan (avec un grand sourire) : Dans le fond, elle aurait très bien pu y aller toute seule, au labyrinthe. Ca aurait été plus vite.

Arthur (furieux envers Perceval et Caradoc) : Ouais, c'est aussi ce que je me demande. Vous deux, vous mériteriez un bon séjour aux cachots, je vous jure!! Normalement c'était vous qui étiez sensés la protéger, et pas l'inverse!

Caradoc : Nan, mais, Sire, soyez chic, quoi... Un monstre mythologique, ce n'est pas un animal, on pouvait pas savoir.

Perceval : Nan, mais bon, maintenant, ça va, on sait. Du coup la prochaine fois, on en tiendra compte dans notre stratégie.

Arthur : Foutez le camp, espèces de blaireaux!! Que je ne vous revoie plus vos tronches d'ici demain ou je vous jure que vous envoie aux galères!

(Perceval et Caradoc s'en vont, dépités.)

Arthur (à Tao) : Quant à vous, éh bien... pour commencer, vous pouvez utiliser ma salle de bain pour nettoyer tout ce sang de gobelin, je suppose que ça vous fera du bien.

Tao : Oui, plutôt... Merci, Sire.

Arthur : Et puis, éh bien, encore une fois félicitations. Votre première mission est un succès. J'espère qu'elle sera suivie de nombreuses autres.

Léodagan (enthousiaste) : Dites, euh... vous voudriez bien nous refaire le coup du griffon, là, maintenant?.. Juste pour voir!..

(A SUIVRE)

(C'est le milieu de la nuit. Tao, en chemise de nuit, mange une feuille de salade dans la cuisine du château. Léodagan arrive brusquement, également en tenue de nuit.)

Tao (se retourne et sursaute en voyant Léodagan) : Je suis désolée pour votre doigt!!!

Léodagan (essayant de se montrer rassurant) : Ooh, ooh, du calme, c'est bon!.. Je viens juste manger un morceau, ok? Faites comme si je n'étais pas là.

Tao (mange nerveusement sa feuille de salade - tout bas) : C'est facile à dire...

Léodagan (coupant un morceau de jambon) : Vous voulez que je vous coupe une tranche?

Tao : Non. Non, merci. Le jambon en plein milieu de la nuit... honnêtement, c'est pas trop mon truc. Et puis je ne mange pas de viande de toutes façons.

Léodagan : Vous devriez! Ca vous donnerait du tonus. Quand vous vous retrouverez au beau milieu d'un champ de bataille, encerclée par des dizaines d'ennemis armés jusqu'au cou, vous regretterez de ne pas avoir eu votre ration de barbaque, je peux vous le dire!

Tao : Ben, d'une part, je n'ai aucune intention de me retrouver au milieu d'un champ de bataille... Je suis une Elfe, pas une guerrière. D'autre part, en tant que métamorphe, j'ai une certaine empathie avec les animaux, alors... si je mange de la viande, j'aurais un peu l'impression de manger un de mes frères. Mais bon, je ne vous empêche pas d'en manger, hein... je sais que ça fait partie du régime alimentaire des Humains. C'est comme ça, c'est tout.

Léodagan : Ah, vous êtes comme le maître d'armes, alors. Vous ne mangez que des graines?

Maître d'armes (depuis l'autre bout du château) : JE NE MANGE PAS DE GRAINES!!

Léodagan : ...

Tao : ...

Léodagan : Bref. Les gobelins, pourtant, il me semble que vous en avez dévoré un ou deux, non?

Tao : Ah, non. Je les ai un peu démembrés avec le bec, c'est tout. Mais j'évite d'avaler, ça me donne des hauts-le-coeur.

Léodagan : Ah bon. Parce que vous m'avez aussi presque arraché un bout de doigt, la nuit dernière, quand même...

Tao (baisse la tête nerveusement) : Je suis désolée...

Léodagan : Nan, mais c'est rien, arrêtez de faire cette gueule, quoi. Bon, sur le coup, c'est sûr, ça surprend. Mais en y repensant, je trouve que ça vous va bien, ce petit côté mordant, aggressif... Tiens, tout à l'heure, je vous imaginais justement en train de foutre leur râclée aux gobelins, et bien, croyez-moi, croyez-moi pas, j'ai trouvé ça, comment dire?.. Très... très...

Tao : Très quoi?

Léodagan : Très... euuh... non, désolé, y'a rien à faire, j'essaye de trouver un terme élégant mais y'a rien qui me vient.

Tao : ... motivant?

Léodagan : Oui, voilà, on va dire ça. Motivant. Ce petit côté bestial, là, qui surgit tout à coup d'une petite jeune fille à l'air innocent, c'est... c'est...

Tao : ... surprenant ?

Léodagan : ... sournois! Oui, ce petit côté sournois, là, j'adore, vraiment. Vous cachez bien votre jeu, vous!

Tao (pas rassurée, s'éloigne un peu) : Ben, vous savez, je fais ça surtout quand je dois me défendre. C'est tout.

Léodagan : Ne soyez pas si modeste! Non, un talent comme celui-là, ça doit se cultiver, sinon c'est gâcher. Je suis sûr qu'avec un peu d'entraînement, une bonne stratégie, vous seriez un atout considérable sur un champ de bataille! Il faudra que j'en parle à mon gendre.

Tao : Non mais n'insistez pas, je ne veux pas me retrouver sur un champ de bataille.

Léodagan : Allez! Vous verrez, une fois qu'on a goûté à l'excitation du combat, on ne peut plus s'en passer! Tenez, vous savez quoi? Demain, je demanderai au Roi de nous laisser partir à l'aventure tous les deux. C'est vrai, c'est con, aujourd'hui, pour une fois que vous faites quelque chose de bien, y'avait aucun témoin pour le voir. Ben, moi, maintenant, je veux être aux premières loges!

Tao : Oui, mais je...

Léodagan (posant fermement une main sur son épaule) : Soyez pas timide! Allez, je vais vous faire plaisir, j'accepte même d'emmener votre bon copain Bohort si ça peut vous rassurer. Ca sera l'occasion d'une jolie promenade, tous les trois, entre amis. Qu'est-ce que vous en dites?

Tao (peu rassurée) : Demandé si gentiment...

(A SUIVRE)

Arthur (dans la salle du trône, face à Merlin qui lui présente une fiole remplie de potion) : Une... potion de Soins Majeurs? Vous avez réussi une potion de Soins Majeurs?! Celle qui fait repousser les membres arrachés?!

Merlin : Absolument! Goûtez, vous verrez! Et après qu'est-ce qu'on dit? Merci bibi!!

Arthur (dégoûté par l'odeur de la mixture) : Oui mais non, je ne vais pas boire ça, je suis en pleine santé. Gardez-la précieusement pour quand on en aura besoin, ça va être utile, pour une fois. Je vous crois sur parole.

Merlin (récupère la fiole) : Comme vous voulez.

Arthur : Par contre, évitez de vous en vanter sur tous les toits... Si Caradoc apprend ça, il va vouloir l'essayer sur Tao, il va se lancer dans des trucs, ça va être pénible...

Merlin : Ah oui, justement, euh, à propos de Tao...

Arthur : Eh bien, quoi?

Merlin : Ben, en fait, euh... c'est elle qui m'a fourni la plume de pégase dont j'avais besoin pour...

Arthur : Vous aviez besoin d'une plume de pégase pour votre tambouille?!

Merlin : Ben, oui! C'est pour ça que j'ai jamais été fichu de la faire, cette saloperie, j'essayais d'autres trucs mais c'est pas aussi efficace.

Arthur : Et Tao s'est transformée en... pégase?!..

Merlin : Ben oui! Apparemment là d'où elle vient, c'est des bestioles plutôt courantes. Du coup je me disais que ça n'allait pas marcher, si ça n'a rien de magique, ses trucs. Mais en fait, non, ça a super bien marché!

Arthur (impressionné) : Eh ben... j'avoue que je ne pensais pas à ce genre de choses quand je l'ai amenée ici. C'est dingue... mais bon, tant mieux, hein, si ses pouvoirs peuvent vous servir. C'est peut-être son machin, là, son Faër, qui a donné un petit coup de pouce à votre mélange.

Merlin : Ouais, enfin ça, je saurais pas vous dire. Non, en fait, ce qui serait bien, c'est... ben, qu'elle reste ici. Comme ça, elle pourra me fournir en tout ce qu'on voudra, et je pourrai vous faire toutes les potions que vous voudrez! Et puis ça vous fera des économies aussi, vous n'aurez plus à claquer votre pognon dans des griffes de dragon à 8000 pièces d'or!

Arthur : De dragon?!..

Merlin : Oui, bon, peut-être pas pour les griffes de dragon, mais pour le reste, ça serait quand même pas mal qu'elle reste un petit bout de temps parmi nous.

Arthur : Ben, je ne saurais pas trop quoi vous répondre. On ne peut quand même pas l'obliger à rester ici indéfiniment, elle voudra retourner chez elle quand la porte sera ouverte, ça me paraît normal.

Merlin : Ouais, mais si ça se trouve, elle ne se rouvrira plus jamais, cette porte!.. Alors autant qu'elle se fasse à l'idée tout de suite, on gagnera du temps.

Arthur : Non mais ça suffit maintenant! Elle est ici en tant qu'invitée, pas comme prisonnière. Je trouve ça déjà très sympathique de sa part de vous avoir laissé lui arracher une plume, vous n'allez quand même pas la séquestrer pour la dépouiller tous les jours, si?!

Merlin : Nan mais, moi, je disais ça, c'est pour vous, hein...

Arthur : Profitez tant qu'elle est là pour récupérer ce que vous pouvez, et après faudra vous en contenter, désolé.

Merlin : Ben oui mais je fais comment, moi? Elle est toujours partie à droite et à gauche avec vos chevaliers qui l'obligent à faire des trucs contre son gré!

Arthur : Comment ça, ils l'obligent à faire des trucs?!!

Merlin : Ben elle m'a avouée ce matin que le Seigneur Léodagan...

Arthur (furieux) : Léodagan l'a violentée???!!!! Ah non mais il va m'entendre celui-là!!!

Merlin : Hein? Mais non!!.. Elle m'a dit qu'il voulait qu'elle participe à des combats avec sa métamorphose, et ça l'embête, c'est tout.

Arthur (rassuré) : Ah!!.. Oui, ben d'un autre côté, quand on part en mission, combattre des ennemis c'est ce qu'on fait le plus souvent. C'est elle qui voulait aider, après tout...

Merlin : Oui mais moi ça m'arrange pas vos histoires. Imaginez qu'ils la forcent à combattre un adversaire qui n'est pas à sa taille, et qu'elle revienne pas... je fais comment après pour mes potions, moi?

Arthur : Eh bien vous ferez comme avant : rien. Voilà. Allez, foutez le camp, maintenant!

Merlin (en s'éloignant) : Moi je veux bien, mais quand j'aurai plus de potions de Soins Majeurs et que vous vous retrouverez avec un bras en moins, faudra pas venir vous plaindre!!

(A SUIVRE)

Bohort (en train de marcher sur les routes avec Tao et Léodagan) : Aaah, quelle belle journée nous avons aujourd'hui!..

Tao (qui frissonne) : Vous appelez ça une belle journée, vous?.. J'ai pas très chaud, moi... En plus, vous n'avez qu'un seul soleil!

Léodagan : Ah ben, pour ici, non, c'est plutôt chaud pour la saison.

Tao : Moi je sens des courants d'air sous ma cape! Atchii!.. Snif... pardon. Enfin... merci quand même de l'avoir nettoyée, Seigneur Bohort! Je ne pensais pas que vous réussiriez à faire partir ces taches de sang de gobelin.

Bohort (souriant affectueusement) : Oh, vous pensez, c'est rien... et puis, ça me fait plaisir! Vous êtes vraiment ravissante avec ça!

Tao (amusée) : C'est marrant quand même... Il y a encore quelques jours, j'étais une démone aux yeux de sang qui n'était même pas une femme, et aujourd'hui je suis une "ravissante" jeune fille "motivante"...

Léodagan : Nan, mais faut pas le prendre mal, on vous connaissait pas comme maintenant...

Bohort : Avec le temps, à force de vous côtoyer, nous avons appris à voir au-delà des premières impressions. Maintenant, vos oreilles ne me font plus penser à un démon, mais plutôt à une jolie petite fée!..

Léodagan : Ouais, ouais... ou alors, à un féroce prédateur. C'est selon.

(soudain, une flèche vient se planter au milieu du chemin, juste devant leurs pieds)

Bohort (qui fait un bond) : AAH!!

Léodagan (dégainant son épée) : On nous attaque!!

Bohort (reçoit une flèche dans la jambe et tombe en arrière) : AAAH!! AU SECOURS! A MOI!!! JE SOUFFRE!!

Léodagan (se place devant Tao pour la protéger des flèches, et brandit son arme) : MONTREZ-VOUS, BANDE DE LACHES!!

Tao (enlève sa cape) : Laissez, je vais vous les trouver, moi!!

(Tao se transforme en panthère noire, renifle l'air, puis bondit dans les arbres. Des cris s'élèvent depuis les feuillages, et des corps ensanglantés en tombent, les uns après les autres. Bohort et Léodagan regardent le carnage. Bohort tourne de l'oeil et tombe dans les pommes. Léodagan rit. Puis Tao saute sur le chemin, zigzague entre les archers blessés qui gémissent par terre, se faufile sous sa cape, et redevient elle-même).

Léodagan (applaudit avec enthousiasme) : Alors là, bravo!! Magnifique spectacle! Ces couillons ne devaient sûrement pas s'y attendre, à celle-là! Mais vous auriez pu les achever, quand même. Là, ça fait désordre...

Tao : On va les ramener à Kaamelott pour les juger. En attendant, il faut s'occuper de Bohort, il n'a pas l'air d'aller bien.

Léodagan : Après s'être pris une flèche dans la guibolle, c'est pas surprenant...

Tao (penchée sur Bohort, qui revient à lui) : Comment vous sentez-vous?

Bohort (pâle comme un linge) : Pas très bien...

Léodagan : Il pisse le sang, il va avoir du mal à avancer. Laissons-le ici, on reviendra avec un chariot ramasser tout ce petit monde.

Bohort : Quoi?!.. Mais, vous n'allez pas me laisser ici... avec ces malandrins! Imaginez qu'il y en a un qui arrive à ramper jusqu'à moi pour... pour m'achever!!..

Tao : Et de toutes façons, il a besoin de soins urgents! Non, je vais le porter jusqu'au château.

Léodagan : Le porter?

Tao : Oui, je vais me transformer en cheval, il n'aura qu'à me monter.

Léodagan : Vous... monter. C'est ça. Euh, ça vous arrive souvent, de vous laisser monter par n'importe qui, comme ça?

Tao : Ce n'est pas n'importe qui! C'est un chevalier et un ami qui ne peut plus marcher, je peux bien faire ça, non?

Léodagan : Ben si ça ne vous dérange pas d'être "montée", comme vous dites, vous auriez pu nous porter depuis le début. Ca nous aurait éviter d'attraper mal aux pieds sur ces saloperies de cailloux. Après tout, c'est à cause de vous si on voyage sans chevaux... c'est pour éviter qu'ils s'affolent quand vous vous métamorphosez. Alors, du coup...

Bohort : Moi je trouve ça assez gênant quand même... je n'oserais pas...

Tao : Ca ira, Seigneur Bohort. Laissez-moi faire.

(Quelques temps plus tard, dans la salle du trône)

Gauvain (courant jusqu'à Arthur) : Mon oncle, mon oncle!!

Arthur : Oui, quoi?

Gauvain : Mon oncle, je viens d'être témoin d'un bien singulier spectacle depuis la tour de guet!..

Arthur : Comment ça? Qu'est-ce que vous avez vu?

Gauvain : Les Seigneurs Bohort et Léodagan sont de retours. Et ils... chevauchent une grande licorne noire... en traînant derrière eux un groupe de prisonniers fermement attachés.

Arthur (yeux écarquillés) : ...

(Le soir même, grand festin à la table du roi)

Arthur (levant son verre) : A Tao!!

Tout le monde (levant son verre et applaudissant) : OUAIIIS ! BRAVO!!

Tao (rougit timidement) : Euh... merci!..

Maître d'armes : Ne soyez pas si timide! Ca fait des mois que le Roi essayait de mettre la main sur ces bandits qu'on prétendait insaisissables, et vous nous les ramenez pieds et poings liés!

Bohort (souriant avec entrain) : En plus, grâce à la potion de soins que Merlin a réussi à concocter avec les ingrédients qu'elle a pu lui fournir, ma blessure à la jambe n'est déjà plus qu'un mauvais souvenir!

Léodagan : Si elle continue comme ça, y'aura plus assez de place dans les geôles pour tous les traîne-savates du coin! Demain je vais lancer une série d'exécutions pour faire un peu de place, ça va mettre de l'animation!

Arthur : Ah non, hein, vous n'allez pas recommencer avec ça!

Léodagan : Ben quoi! On fait la fête, on s'amuse, c'est l'occasion!

Caradoc : N'empêche... je persiste à dire que si sa misanthropie pouvait faire repousser les membres, ça serait quand même vachement plus utile...

(A SUIVRE)

(Tao dort dans son lit, dans sa chambre. Soudain, on frappe à la porte)

Tao (ouvre lentement les yeux) : Hein?.. Qu'est-ce que c'est?

Léodagan (de l'autre côté de la porte) : C'est le Seigneur Léodagan! Je peux entrer?

Tao : Euh... non.

(La porte s'ouvre. Léodagan entre, une dague à la main. Tao sursaute).

Tao : Attention, je vous préviens, je hurle!!

Léodagan : Chuuut! Taisez-vous!!

Tao : Mais quoi? Qu'est-ce qui se passe?

Léodagan : J'ai vu un spectre!!.. Il est passé par ici, j'en suis sûr!

Tao : Un spectre?.. Vous avez bu ou quoi?

Léodagan : Vous ne l'avez pas vu?

Tao : Mais non! Si c'est encore un de vos prétextes à la noix pour revenir me chauffer les oreilles avec vos histoires de champs de bataille...

Léodagan (s'assoit sur le lit, toujours sur le qui-vive) : Alors là, excusez-moi, mais je ne me le permettrais pas!

Tao : Non mais dites! Ca va comme vous voulez?!

Léodagan : Chuuut! Je ne peux pas me permettre de vous laisser dormir toute seule avec un spectre qui rôde dans les parages.

Tao (sceptique) : ... Et c'est avec votre petit couteau que vous comptez me protéger d'un spectre?

Léodagan : Eh bien...

Tao : Et puis qu'est-ce que je risque, au bout d'un moment... les spectres, c'est immatériel, non? Ca risque pas de me faire beaucoup de mal. En tous cas, dans mon monde, y'a pas grand-chose à craindre des fantômes, à part une bonne frayeur s'ils apparaissent brusquement. Mais à part ça...

Léodagan : Ah, mais attention! Dans votre dimension, je sais pas, mais ici, c'est de vrais petites saloperies! Non, désolé, mais moi je ne vous laisse pas toute seule. Le maître d'armes m'a promis de vous montrer quelques bases du combat à l'épée demain, et je ne voudrais manquer ça pour rien au monde!

Tao : Quoi?! Mais je n'ai aucune envie d'apprendre le combat à l'épée!! Vous faites bien de me demander mon avis!

Léodagan : Chht! Si le spectre approche, je dois pouvoir le prendre par surprise. Dormez, je veille!

Tao (soupire) : ... Si vous le dites.

(Tao s'endort. Elle est rapidement réveillée par des ronflements. Léodagan dort affalé sur le lit, la main toujours serrée sur le pommeau de sa dague).

Tao (dépitée) : Eh ben, bien...

(On frappe à nouveau à la porte)

Tao : Qui est là?

Arthur (de l'autre côté de la porte) : C'est le roi! Attention, j'entre!

Tao (qui panique) : Euh... non!! N'entrez pas!!

Arthur (entre, et s'arrête brusquement) : Mais... qu'est-ce qu'il fout là, lui?!! (voit sa dague dans la main) ... Est-ce qu'il a essayé de vous..??!!

Tao : Ah, non, il n'a pas essayé.

Arthur : Quoi?!! Il a réussi??!! (fonce vers le lit, furieux) Ooooh mais je vais te me le...

Tao (l'arrête avant qu'il ne sorte son épée) : Mais non!! Attendez!!

Léodagan (se réveille) : Hein? Qu'est-ce qui se passe?!.. Eh ben, vous êtes là, vous?

Arthur : Et vous?!! Qu'est-ce que vous foutez ici?

Léodagan : Ben, et vous?

Arthur : Moi? Ben... j'ai vu un spectre. Je suis venu voir si Tao allait bien.

Léodagan : Eh ben, voilà. Moi aussi.

Tao : Non mais ne vous inquiétez pas, Sire. J'ai déjà vu des fantômes dans mon monde, ça ne me fait pas peur. Enfin, pas plus que ça.

Arthur : Ah oui mais attention, dans votre monde, ils sont peut-être inoffensifs, mais ici...

Léodagan : Eh ben, c'est exactement ce que je lui ai dit. Elle refusait de me croire.

Arthur (cynique) : Ouais, mais bon, venant de vous, elle était en droit de se poser des questions!

Léodagan : Parce que, venant de vous, bien sûr, elle est prête à gober n'importe quoi...

(On frappe à nouveau à la porte)

Bohort (de l'autre côté de la porte) : Mademoiselle Tao? Tout va bien? J'ai cru voir un spectre passer par ici, je crains pour votre vie! Puis-je entrer?

Tao : Dites, vous allez finir par me flanquer vraiment la frousse avec votre histoire de spectre...

Arthur : Entrez, Bohort, plus on est de fous...

Léodagan (soupire) : Mais nooon, merde..!

Bohort (entre) : Vous êtes là aussi, Sire? Et le Seigneur Léodagan? Vous avez vu le spectre?.. Ah, je suis bien content que vous ayiez également songé à venir protéger notre jeune invitée de ce monstre!

Arthur (cynique) : Dites donc, vous... Comme par hasard, c'est quand il s'agit de secourir notre "jeune invitée" que vous accourez à l'épée à la main. Ca serait pas mal de temps en temps que vous fassiez de même quand on part en campagne... Ca pourrait s'avérer utile, une fois ou deux...

Bohort (gorge nouée) : Eh bien... C'est-à-dire...

Léodagan : Nan, mais laissez tomber... Vous voyez bien qu'il a les genoux qui flageollent, et qu'il est venu ici dans l'espoir que la gamine le protège du spectre... et pas l'inverse!

Arthur : Ah tiens, c'est marrant, ça, c'est exactement ce que je me suis dit quand je vous ai vu ici.

Léodagan : Non mais dites!! Je n'aime pas beaucoup vos insinuations!!

Tao : Excusez-moi, messires, mais quand vous aurez fini de vous chamailler, vous pourriez peut-être me dire si cette étrange forme vaporeuse au milieu de ma chambre est ce fameux spectre...

(Bohort, Arthur et Léodagan voient un spectre hideux et agressif devant le lit de Tao. Ils reculent et se serrent les uns contre les autres en hurlant)

Arthur, Bohort et Léodagan : AAAAAAAAAAH!!!!

Tao (blasée) : Waouh... Vous parlez de gardes du corps...

(Tao se lève, s'approche du spectre qui tente de l'effrayer avec d'horribles grimaces, enlève sa chemise de nuit et se transforme en un gigantesque cobra dont la tête touche le plafond de la chambre. Elle tente d'effrayer l'apparition par une posture agressive et une large gueule ouverte aux longs crocs venimeux. Le spectre hurle et s'enfuit en traversant le mur, en poussant un hurlement à glacer le sang. Tao se retourne en direction des trois chevaliers. Arthur s'évanouit. Tao redevient elle-même et remet sa chemise de nuit.)

Tao : Ah... zut. J'avais oublié qu'il m'avait interdit de me transformer en serpent.

(A SUIVRE)

(Dans la salle d'entraînement, Tao tient une épée et attend devant le maître d'armes. Léodagan, Perceval et Caradoc assistent au combat)

Tao : C'est vraiment obligé?..

Léodagan : Mais oui! C'est bien beau de donner des coups de griffes au petit bonheur la chance, mais rien ne vaut de solides bases. Vous serez plus efficace!

Perceval : Moi, personnellement, je trouve ça un peu con. Comment elle va faire, une fois transformée, pour tenir son épée?

Caradoc (ironique) : Dans son bec?

Perceval (ironique) : Avec ses petites papattes?

Léodagan (agacé) : Non mais ils vont la fermer, les deux ahuris, là!!

Maître d'armes : Encore une fois, nous vous répétons que l'usage de l'épée proprement dite n'est pas la finalité de cet entraînement! Le but est de lui faire assimiler l'art du combat afin qu'elle puisse anticiper les mouvements de son adversaire lors d'une future confrontation et mieux appréhender les situations susceptibles de se produire au cours d'une bataille. C'est clair ? .... (silence).... Bon, c'est parti... (se met en position, l'air sérieux) En garde, p'tite pucelle!! ...(se remet droit)... Ah ben non, merde. Là, pour le coup, ça marche pas.

Tao : Euuuh...

Maître d'armes : Veuillez m'excuser. C'est que, voyez-vous, je n'ai pas l'habitude d'entraîner des demoiselles.

Tao : Non, mais, y'a pas de mal. Allons-y.

(quelques temps plus tard...)

Tao (lâche son épée sous le coup du maître d'armes) : Aieuh!!

Maître d'armes : SOUPLE, le poignet, SOUPLE!!

Tao : J'en ai maaaaarre!! J'y arrive pas!

Léodagan : Mais bon dieu, faites un effort! C'est quand même pas compliqué!

Tao : Mais c'est lourd ces trucs-là! Et ça fait mal!.. Je suis désolée, mais ce sont les Seigneurs Perceval et Caradoc qui ont raison, ça ne sert à rien, je ne vais même pas m'en servir au combat si je me transforme à chaque confrontation!

Maître d'armes (agacé, à Léodagan) : Bon ben écoutez, emmenez-la chez le dresseur de chiens ou chez le fauconnier, je crois qu'ils s'en sortiront mieux que moi. En ce qui me concerne, j'abandonne.

Léodagan (à Tao) : Non mais c'est pas vrai!.. Vous avez vraiment décidé de me contrarier, hein?

Tao : Mais je vous dis depuis le début que je ne suis pas faite pour ça!

Léodagan (s'en va) : C'est ce qu'on verra. Je n'ai pas dit mon dernier mot!

Tao (soupire) : Pff...

(Elle s'éloigne, sort sur le chemin de ronde et s'accoude au créneau, regardant l'horizon tristement. Lancelot arrive et s'approche).

Lancelot (ton amical) : N'écoutez pas le Seigneur Léodagan. Personne ne vous demande de telles choses. C'est évident que c'est hors de votre portée.

Tao : Non, mais, ça m'embête quand même... je suis venue pour me rendre utile. Mais il a raison, j'ignore tout de la guerre. Je m'en sors face à quelques malandrins, mais le jour où nous serons attaqués par une armée, je serai une gêne plus qu'autre chose.

Lancelot : Allons, ne dites pas ça. Vous nous avez déjà rendu bien des services. Ramener la Pierre de Lune, arrêter une bande de brigands, sans compter l'aide que vous apportez à Merlin pour sa magie. Non, sincèrement, depuis que vous êtes arrivée, la Quête du Graal commence enfin à ressembler un peu à quelque chose.

Tao (sourit amicalement) : Ben, vous savez... j'aimerais bien faire plus!.. Vraiment...

Lancelot : En ce qui me concerne, je pense que vous en faites déjà trop.

Tao : ... Comment ça?..

Lancelot : Nous sommes les Chevaliers de la Table Ronde. La Quête du Graal est notre mission. Nous nous sommes réunis dans ce but. C'est la lumière qui nous guide, la foi qui nous fait progresser chaque jour malgré les doutes, les obstacles. Alors si nous sommes incapables du moindre résultat sans l'intervention d'une gamine capable de se couvrir d'écailles ou de plumes provenant d'un autre monde, c'est qu'il y a une couille quelque part.

Tao (se refermant) : Vous savez... j'ai entendu le Père Blaise dire que c'était peut-être votre Entité Supérieure qui m'avait amenée ici pour vous aider.

Lancelot : Le Père Blaise est un abruti, comme tous les crétins au service du Roi. Nous ne devrions pas avoir besoin de vous. Si les abrutis qui forment la soi-disant élite de la chevalerie de Bretagne n'étaient pas aussi incompétents, ils n'auraient pas besoin de vous. Nous devons résoudre les problèmes du royaume par nous-mêmes, et trouver le Graal par notre seule volonté et la force de nos bras. Vous n'êtes pas chevalier, vous n'êtes pas d'ici, vous n'êtes encore qu'une enfant. Alors suivez mon conseil : quand la porte de votre monde s'ouvrira à nouveau, rentrez chez vous, et la prochaine fois que vous verrez un portail dimensionnel, faites un large détour.

(Lancelot s'éloigne et laisse Tao seul sur le chemin de ronde).

(A SUIVRE)

(Campement militaire dans la forêt. Arthur, Léodagan, Lancelot, Ganessin et Calogrenant, tous en armure et parés au combat, sont réunis autour d'une carte et discutent stratégie.)

Lancelot : Bon, je pense que tout est point. Messieurs, allons-y!

Calogrenant : Attendez, on devait pas attendre le rapport de la petite?

Lancelot (agacé) : Mais non, pas besoin, on perd du temps! Mes éclaireurs ont annoncé une troupe de vingt hommes au nord de la rivière et vingt autres à l'est de la colline. Je ne vois pas quelles informations supplémentaires elle pourrait nous apporter!

Ganessin : Ouais mais bon... vos éclaireurs, la dernière fois, ils n'avaient pas mentionné les cinq soldats embusqués dans la clairière. On a failli se prendre la déculottée de notre vie face à quelques trouffions Burgondes. Alors bon... c'est pas que j'ai pas confiance...

Lancelot : Ils les avaient mentionnés! Seulement vos hommes ne sont pas fichus de piger correctement le code des éclaireurs!!

Calogrenant : Attendez, entre deux coups longs un court trois brefs et deux courts un bref et deux longs, ça change tout le sens de la phrase selon si c'est placé au début ou à la fin! Ils feraient bien de réviser un peu le code, vos éclaireurs!

Lancelot : Mais pas du tout!! C'était deux brefs un long...

Arthur (furieux) : STOOOOOOOOP!!... (les autres se taisent)... Vous allez la boucler oui?!! J'ai dit qu'on attendait le rapport de Tao, alors on attend!!

(Un faucon arrive et se pose sur la table).

Léodagan : Aaah, ben la voilà!

Lancelot : C'est pas trop tôt!!

Calogrenant : Vous êtes sûrs que c'est elle?..

Arthur : Pourquoi? Vous avez un faucon apprivoisé, vous?

Calogrenant : Non, mais...

Arthur : Bon. Mademoiselle Tao, on vous écoute.

(Le faucon se faufile sous la cape, et Tao reprend forme elfique. Elle pointe du doigt plusieurs endroits sur la carte).

Tao : Il y a vingt soldats au nord de la rivière, armés d'épées et de lances...

Lancelot : Ah! Vous voyez! Comme je vous l'avais dit!

Tao : ... Et quarante à l'est de la collines, dont une vingtaine d'arbalétriers.

Léodagan : Ah ouais. Quand même.

Calogrenant (à Lancelot) : Dites, vos éclaireurs, ils ont bouffé quoi hier soir? Non parce que, pour louper vingt arbalétriers, ils ne devaient pas être très frais...

Lancelot (agacé) : Ils ont dû arriver après leur rapport! Bon, et alors, qu'est-ce que ça change?

Arthur : Ben, ça change que ça nous oblige à nous revoir toute notre stratégie!!.. On ne va pas se lancer à l'assaut comme ça de front et revenir en courant avec des carreaux d'arbalète plantés dans le cul!!

Ganessin : Le mieux serait de contourner la colline par l'ouest. C'est dégagé, à l'ouest?

Tao : En tous cas, je n'ai vu personne.

Arthur : Ok, on va faire comme ça. Bien joué, Tao! Messieurs, préparez-vous!..

(Quelques temps plus tard, sur le champ de bataille. Léodagan, Ganessin, Calogrenant et Tao sous forme de tigre défont les derniers soldats ennemis.)

Calogrenant (achevant un soldat) : Ouff!!.. C'était mon dernier!

Tao (grogne, une patte posée sur un soldat ennemi au sol, blessé et terrorisé) : Grrrr!..

Léodagan (à Tao, en sortant son épée du corps d'un soldat ennemi) : La jugulaire! La jugulaire, bordel!! (lui montre sa gorge avec le doigt) Là, juste ici, comme je vous l'ai déjà expliqué cent fois! Vous mordez un bon coup et on n'en parle plus!!.. (Tao hésite) .....Faites-le au moins pour lui! Vous voyez pas qu'il souffre?.... (elle recule) ..... Alors faites-le pour moi!.. Pour me faire plaisir... Alleeeeez quoi...

Ganessin : Nan mais c'est bon, fichez-lui la paix... Elle a fait du bon boulot, ne lui en demandez pas trop non plus. Tuer, c'est pas son truc, c'est tout. Je vais le faire.

(Ganessin plante son épée dans le corps du soldat à terre, qui agonise. Tao se cache derrière les jambes de Léodagan en gémissant.)

Léodagan (tapotant la tête de Tao) : Voilààà, c'est fini... Vous voyez? C'est rien du tout, ça va tout seul. C'est un coup à prendre, c'est tout. Ca finira par venir! (caressant ses flancs comme un familier) C'est la jolie tigresse à son papa, ça! Et c'est à qui les grosses gri-griffes qui vont arracher les entrailles des Saxons? Et les quenottes qui vont leur déchiqueter les roubignolles? C'est à Taooo! Mais oui!... (s'arrête en voyant ses compagnons le regarder avec de grands yeux)...... Quoi?...

Calogrenant : .... Non. Rien.

Ganessin : ... C'est moi ou je viens de l'entendre ronronner?..

(A SUIVRE)

(Tao prend un bain. Angharad lui lave les cheveux.)

Tao : Aah!.. C'est bien gentil de la part du roi de me prêter sa salle de bain. J'avais du sang partout. Je déteste ça, ça tâche la fourrure.

Angharad : C'est bien normal. Après tout, Monsieur vient de remporter une jolie victoire grâce à vous!... Dites-moi, euh... Avez-vous vu comment le Seigneur Perceval s'est comporté sur le champ de bataille?

Tao : Ah, non. Je n'étais pas dans son groupe, désolée. Pourquoi?

Angharad : Oh... comme ça. Enfin... en tous cas, il avait l'air d'aller bien en revenant. C'est le plus important.

Tao : En fait, je crois qu'il était resté au camp pour garder les chevaux.

Angharad : ... Ah.

Tao : Non, mais, c'est une tâche importante, hein!.. Il a, euh... de grandes responsabilités quand on part en campagne.

Angharad : J'imagine, oui. Dites-moi... Est-ce qu'il vous parle, euh... de moi, parfois?..

Tao : Ben... vous savez, on ne parle pas beaucoup... J'ai du mal à tenir une conversation avec lui. Il est dans son monde à lui, vous voyez...

Angharad : Ah, oui!.. Il est tellement sensible!.. Et est-ce que, hum... vous l'avez déjà vu avec, euh... avec une autre femme?

Tao : Ben, ça, je ne saurais pas vous dire. La plupart du temps, il est avec le Seigneur Caradoc.

Angharad : Je vois... Non, parce que bon, j'ai déjà essayé plusieurs fois de lui faire part de la passion qui m'anime... mais je n'ai jamais réussi à savoir s'il partageait mes sentiments. Oserais-je avouer à Mademoiselle mes terribles craintes d'apprendre qu'il partage ses nuits avec une autre...

Tao : Euh... Si c'est de moi que vous parlez, je vous rassure tout de suite...

Angharad : Ah non, pas du tout! Je ne me permettrais pas... Non, non, si je me permets d'en parler à Mademoiselle, c'est parce que... j'avais le secret espoir que peut-être vous pourriez m'aider à... en avoir le coeur net?..

Tao : Comment ça?..

Angharad : Eh bien, connaissant les talents de Mademoiselle, j'avais imaginé que peut-être... vous pourriez vous introduire en douce dans sa chambre cette nuit, et... jeter un petit coup d'oeil vite fait?..

Tao : Quoi? Vous voulez que j'espionne le Seigneur Perceval?!

Angharad : Espionner, espionner... Tout de suite les grands mots... Non, juste vous faufiler, vérifier rapidement s'il est seul ou non, et revenir me dire ce que vous avez vu. Il n'en saura rien, et moi je serais soulagée d'un grand poids!.. Enfin, si les informations que vous aurez à me communiquer sont rassurantes, bien sûr...

Tao : Oui, ben, c'est un peu le principe de l'espionnage quand même... Non, je regrette, ça me gène. Et puis j'ai promis de ne pas me transformer dans l'enceinte du château!

Angharad : Ca ne vous prendra que cinq minutes! S'il vous plaît! Et s'il y a quoi que ce soit que je puisse faire en retour pour Mademoiselle...

Tao : Mmh... Eh bien, en fait, il y aurait peut-être quelque chose...

Angharad : Tout ce que Mademoiselle voudra!

Tao : Eh bien... il s'agit de... du Seigneur Léodagan.

Angharad : Euh... Mademoiselle n'est pas sans savoir que le Roi de Carmélides est marié... Et sans vouloir jouer les rabats-joie, oserais-je vous faire remarquer qu'il pourrait être votre père!..

Tao : Mais... non! ce n'est pas ça!!..

Angharad : Ah! Mademoiselle me rassure!..

Tao : En fait, je voudrais qu'il arrête de me demander sans arrêt de massacrer tout ce qui bouge! Je suis peut-être taillée pour la chasse quand je me transforme, mais pour moi c'est surtout une méthode de défense et d'intimidation. Je ne suis pas une tueuse. Quand je rentrerai chez moi, je voudrais pouvoir me dire que j'ai aidé autant que j'ai pu le Roi Arthur et ses Chevaliers dans leur noble quête, sans avoir ôté la vie de quiconque. Je n'en ai pas le droit... surtout pas dans ce monde, auquel je n'appartiens pas!.. Et s'il continue d'insister comme ça... j'ai peur que ça finisse par arriver. Et je ne sais pas comment je pourrai retourner chez moi la tête haute après ça.

Angharad : Si j'ai bien compris, vous voudriez que j'aille lui demander de vous laisser tranquille?

Tao : Ben... en gros, oui.

Angharad : Si je promets à Mademoiselle de le faire, Mademoiselle accepte de me rendre le service que je lui ai demandé?

Tao : D'accord, d'accord... J'accepte.

(La nuit tombée, Tao déambule dans les couloirs du château sous forme de souris, longeant les murs avec précaution, en direction de la chambre de Perceval. Elle croise Bohort qui remonte des cuisines en tenant un chandelier, l'air peu rassuré, marchant en direction de sa chambre sans la voir. Soudain, une ombre se jette sur lui. Il se fait attaquer par un assassin masqué qui l'empêche de crier en plaquant une main sur sa bouche. Bohort, désarmé, panique. Tao se transforme alors en panthère et attaque l'assassin. Celui-ci, habile, parvient à la blesser à la jambe. Elle crie de douleur et redevient elle-même. Bohort profite de cette diversion pour le frapper violemment sur la tête avec son chandelier. L'assassin perd connaissance. Bohort s'approche de Tao, allongée à terre, la jambe entaillée.)

Bohort (les jambes tremblantes) : M.. Mademoiselle Tao!!.. Vous êtes blessée!.. Attendez... Mettez ceci... (il arrache une tenture qui pendait au mur et la couvre avec)

Tao : Merci... Aie... L'enfoiré!!..

Bohort : Je n'ose imaginer ce qui serait advenu de moi si vous n'étiez pas intervenue!.. Merci infiniment! Mais où étiez-vous? Je ne vous avais pas vue!..

Tao (gênée) : Je... J'étais en souris...

Bohort : En souris? Dans les couloirs, à cette heure-ci?!.. Mademoiselle Tao, ce n'est pas très prudent!..

Tao : Je sais... je sais!.. Je suis désolée... S'il vous plaît, ne dites rien au Roi... je ne suis pas très fière...

Bohort : Ce... ce n'est rien... Comment pourrais-je vous en vouloir, vous venez de me sauver la vie!.. Venez, je vais vous amener chez Merlin pour soigner cette vilaine plaie.

Tao : Et l'assassin?..

Bohort : Je vais prévenir la garde pour qu'ils viennent le chercher. (il l'aide à se relever) Vous allez pouvoir marcher?

Tao : Avec votre aide, ça devrait aller, merci.

(Tao s'agrippe à Bohort pour se remettre debout malgré sa douleur à la jambe. La tenture glisse et tombe à terre. Arthur arrive dans le couloir. Il s'arrête net en voyant Tao nue dans les bras de Bohort).

Arthur : Bon, alors vous deux, j'espère que vous avez une EXCELLENTE explication à tout ça... Et vous avez intérêt à être convaincants si le Seigneur Bohort ne veut pas se retrouver au trou les deux prochaines semaines. Vous avez UNE MINUTE.

Bohort (tout rouge) : Mais... mais enfin, Sire! Comment pouvez-vous imaginer un seul instant que...

Tao (reprenant la tenture pour se couvrir) : C'est ma faute, Sire!.. Je... Je ne trouvais pas le sommeil, je voulais me promener un peu tranquillement dans les couloirs sans me faire voir... alors je me suis transformée en souris... et je me suis bêtement prise dans... dans une tapette à souris. Ca m'a blessée à la jambe.

Arthur (sceptique) : Une tapette à souris. Mais bien sûr. Une tapette d'1,80 m de haut, quoi.

Bohort : Mais... mais, Sire!..

Arthur : Vous allez arrêter de vous foutre de moi, oui?! Racontez-moi EXACTEMENT ce qui s'est passé ou je vous jure que ça va mal se terminer!

(L'assassin à terre se met à gémir derrière eux. Arthur s'approche et le voit à la lumière de son chandelier.)

Arthur : C'est qui celui-là?!

Bohort : Hélas, Sire, j'ai bien peur que ce ne soit un assassin envoyé pour vous tuer.

Arthur : Et vous l'avez arrêté? Tous les deux?! Vous comptiez me le dire quand?

Bohort : J'ai tellement honte, Sire! Je crois qu'il m'a pris pour vous. Je ne serais déjà plus de ce monde si Tao n'était pas intervenue. Elle s'est métamorphosée sans en recevoir l'ordre, mais ne la grondez pas, elle nous a sauvé la vie!

Tao : Je n'ai pas fait grand-chose, Sire. C'est Bohort qui l'a assommé.

Arthur : Vous, Bohort?! Vous avez vaincu un adversaire??

Bohort (décontenancé) : Je n'ai pas supporté la vue de ce mécréant en train de blesser notre jeune amie. Mon sang n'a fait qu'un tour. Je ne me souviens même plus très bien ce qui s'est passé.

Arthur : Bon, éh bien, on va l'interroger. Félicitations, Bohort... Et vous, Tao, je ne veux pas savoir ce que vous faisiez dans les couloirs à cette heure-ci. Allez vous faire soigner, et on n'en parle plus. Mais si l'envie vous reprend de jouer les trotte-menu au milieu de la nuit, la prochaine fois, tâchez de vous abstenir, mmh? C'est une chance que vous soyez tombée sur Bohort, mais ça serait dommage que ça soit ma belle-mère, le prochain coup.

Tao : Oui, Sire... Désolée...

(Bohort aide Tao à marcher. Ils s'éloignent pendant qu'Arthur ligote l'assassin à terre).

Arthur (à Tao) : Euh... dites!..

Tao (se retournant) : Oui, Sire?..

Arthur : Juste comme ça... je revenais de la bibliothèque, là... Je faisais quelques recherches avec le Père Blaise... Parce que je me disais... juste au cas où, hein... si jamais votre porte ne se rouvre plus jamais, pour une raison ou une autre... Non pas que je le souhaite, hein!.. Mais supposons que vous soyez contrainte de rester parmi nous...

Tao : Euh... oui?..

Arthur : Eh bien, disons que je me renseignais sur les diverses lois concernant la chevalerie... pour savoir s'il est possible, hum... d'adouber une femme. Dans votre situation.

Bohort : Vous... vous voudriez que notre jeune invitée devienne officiellement chevalier... euh... chevalière de la Table Ronde??!.. Oh, Sire, ça serait merveilleux!!..

Arthur : Oui, enfin, c'était une idée comme ça... Et puis, de cette manière, elle n'aurait plus besoin d'attendre les ordres de quelqu'un pour se transformer. Cela serait entièrement de sa responsabilité. Plus de compte à rendre... enfin, moins.

Tao (souriante) : Je... je vais y réfléchir!.. Bonne nuit, Sire!..

Arthur : Bonne nuit !

Bohort (aidant Tao à marcher) : Ce serait formidable si vous acceptiez de nous rejoindre enfin de manière officielle! J'espère que vous accepterez!

Tao : Je ne sais pas. Je pense que tous vos camarades ne seront malheureusement pas de cet avis.

(Ils s'éloignent dans les couloirs)

Tao (chantonnant tout bas) : Chevalière de la Tableuh Rooondeuuuh, Goûtons voir si le vin est boooon!..


(A SUIVRE)


(Séli et Léodagan dorment dans leur chambre, la nuit. L'orage gronde et on entend les grincements de la charrette de l'Ankou au loin. On frappe à leur porte, ils se réveillent).

Séli : Hein? Qu'est-ce que c'est?

Tao (de l'autre côté de la porte - voix tremblante) : C'est Tao! Euh.. je peux entrer?

Léodagan : Mais oui, venez!

Séli : Quoi? Mais ça va pas bien, non?!

Tao (entrant, l'air terrorisée) : Je... je suis désolée de vous déranger... mais je n'arrive pas à dormir!..

Séli : Quoi? Vous avez peur de l'orage, à votre âge?

Tao : Non, ce n'est pas l'orage... c'est...

Léodagan : Aah!.. C'est l'Ankou, c'est ça? C'est vrai que quand on n'a pas l'habitude, ça peut impressionner.

Tao : Ca vous ennuie si je dors avec vous?

Séli : Non mais je vais vous ramener dans votre chambre avec un coup de pied quelque part, moi!! Ca vous remettra les idées en place!

Léodagan : Oooh, mais arrêtez, la petite est terrorisée, on va pas la laisser toute seule quand même!

Tao : Merci!!

(Tao se faufile sous les couvertures entre Séli et Léodagan).

Séli : Ah, non, mais vous m'aurez tout fait hein!!..

Tao : Je suis vraiment désolée de vous importuner... mais toute seule je n'arriverai pas à fermer l'oeil de la nuit!..

Léodagan : Il n'y a pas d'entité de la mort ou quelque chose dans le genre, chez vous?

Tao : Ah, si. Mais en général, quand il vient chercher les âmes des défunts, il se la joue plutôt discrète... Il n'annonce pas son arrivée avec d'horribles grincements qui en font profiter tout le voisinage!

Séli : Et pourquoi vous n'êtes pas plutôt allée emmerder votre copain Bohort?

Tao : Ben en fait j'y suis allée... mais il a encore plus peur que moi. Ca ne m'aide pas beaucoup à me détendre. Et puis, vous, c'est pas pareil... vous êtes ce qui se rapproche le plus pour moi d'un père et d'une mère, depuis que je suis arrivée!..

Séli : Eh ben, j'aurais tout entendu... Et puis, je croyez que mon mari vous faisait peur, faudrait un peu savoir ce que vous voulez!

Tao : Ah, oui, mais c'est normal d'être un peu impressionné par son père!..

Léodagan : Ah, elle me plaît, cette petite! Non, sérieusement, si les deux autres étaient comme elle, on aurait eu moins d'emmerdes, c'est moi qui vous le dis!

Séli : Bon, ça va, ben dormez maintenant.

Tao : Bonne nuit!

(Tao s'endort)

Léodagan : Elle est mignonne quand elle dort. On dirait un chaton!

(Tao se transforme en chat dans son sommeil)

Séli : Eh ben... bravo!.. Ca lui arrive souvent?

Léodagan : Et comment voulez-vous que je le sache? Elle aura entendu le mot chat en dormant, et, inconsciemment...

Séli : Mouais... n'empêche que, quitte à vous savoir tous les deux dans le même lit, j'aime autant que ça soit quand je suis là pour surveiller!

Léodagan : Oooh, mais ça va, on fait rien de mal, si? (Il gratouille le ventre de Tao) Guili-guili!

Séli : Non mais oh!! Vous allez arrêter de la tripoter, oui?!

(Léodagan hausse les épaules et ne répond rien).

Séli : En tous cas, ça promet pour la suite. Si jamais l'autre idiot en fait un chevalier et qu'elle vous accompagne dans toutes vos campagnes... pour peu que dans une tente voisine y'en a un qui parle de dragon... vous n'aurez plus besoin de l'armée ennemie pour revenir à Kaamelott la queue entre les jambes!

Léodagan (inquiet) : Je ne suis pas sûr qu'elle sache se transformer en dragon... Mais dans le doute, euh... vous pouvez la fermer?..

(A SUIVRE)


(Repas de midi, réunissant Tao, Arthur, Guenièvre, Léodagan et Séli)

Guenièvre (souriante, à Tao) : Alors! C'est demain que vous partez en guerre contre les Germains!

Arthur (amicalement) : Pas trop nerveuse?

Tao : Un peu! C'est ma première campagne longue durée. Mais je pense que je suis prête maintenant!

Léodagan (enthousiaste) : Eh ben, je veux! On a passé toute la semaine à mettre au point notre technique spéciale basée sur ses talents de métamorphose. Ca va être un vrai carnage, j'aime autant vous le dire!

Arthur : Quoi? Non mais attendez, vous m'aviez promis de ne plus la forcer à tuer contre son gré!!

Léodagan : Ah nan mais, je force personne, moi! Tout ce qu'elle aura à faire, c'est rameuter les troupes ennemies vers une embuscade soigneusement préparée, et le reste, c'est bibi qui s'en charge. Elle n'est même pas obligée de rester pour regarder.

Arthur : Ah! Bon. Je préfère. Bon, ben, vous m'expliquerez tout ça en route!

Gauvain (entrant soudain dans la salle à manger) : Mon oncle! Mon oncle!!

Arthur : Eh bien, quoi?

Gauvain : Euh... je...

(Il se penche vers Arthur et murmure à son oreille. Son visage se ferme aussitôt)

Arthur : Quoi? Vous... vous êtes sûr?!

Gauvain : Hélas, mon oncle, le garde a été très formel sur ce point.

Léodagan : Eh ben, quoi? Qu'est-ce qui se passe encore?

Arthur (décontenancé) : Eh bien, c'est... hum... c'est... la porte. Elle vient de, comment dire... de se rouvrir.

(Long silence.)

Arthur : .......... Non, mais, c'est bon, arrêtez de tirer ces tronches, quoi... on savait tous que ça finirait par arriver!..

(Tao a les larmes aux yeux)

Arthur : Ah, non, vous n'allez pas vous mettre à chialer, non plus! Ca ne va rien arranger...

Tao : Je... je suis désolée... Je ne m'attendais pas à ce que ça revienne si tôt!..

Guenièvre (émue) : Depuis le temps... elle faisait presque partie de la famille!.. Ca va faire un vide...

Léodagan : Pff, merde, juste avant un départ en campagne, en plus! Ca pouvait pas tomber un autre moment, non??.. Eh ben... vous je sais pas, mais moi, ça m'a coupé l'appétit.

(Long silence)

Séli : Eh ben qu'est-ce que vous attendez? Allez-y, grouillez-vous avant que ça se referme encore!

(Un peu plus tard, Arthur et Tao sont devant la porte, dans la forêt.)

Perceval (sortant de la porte) : C'est bon, y'a trois soleils, comme avant.

Arthur : Bon. Ben... voilà. Vous pouvez y aller.

Tao : Adieu, Sire... J'ai vraiment été très honorée d'avoir pu vous assister quelques temps. Je ne vous oublierai jamais, vous et tous vos Chevaliers.

Arthur : Allez... traînez pas. Ce serait con de rater votre unique chance de rentrer chez vous... si jamais après ça ne se rouvre plus du tout...

(Tao cours vers Arthur, le sert contre elle et l'embrasse sur la joue)

Arthur : Euh... Juste une dernière question... Dans la pièce jouée par votre troupe de théâtre, là... elle finit comment, l'histoire?.. On finit par le trouver, le Graal, ou pas?..

Tao (sourit) : Ca n'aurait pas beaucoup de valeur que je vous le dise. Je ne sais pas si leur récit a été en partie inventé ou non.

Arthur : Dans ce cas, ça ne vous coûte rien de le raconter, non?

Tao : Je préfère vous laisser la surprise.

Arthur : Vous n'auriez pas au moins un ou deux conseils à me donner?

Tao (réfléchit longuement, puis répond) : Faites confiance à vos hommes... même ceux qui vous paraissent les plus inaptes... Et... restez proche de Lancelot.

Arthur : De Lancelot? Pourquoi?

Tao : ... Vous verrez... Adieu, Sire! Adieu, Messire Perceval! Que le Faër soit av... ah, non, c'est vrai... Ici...

Arthur (amicalement) : ... Il n'y a pas de Faër...

Tao (émue) : Alors... que vos entités vous guident dans votre quête!

Perceval : Ouais, euh... C'est pas faux!

(Tao franchit la porte dimensionnnel. Elle se retrouve dans une forêt étrange.)

Tao : Tiens? Bizarre, je ne reconnais pas ces plantes... Je me demande dans quelle partie de Katura j'ai atterri!..

Voix off, derrière elle : Une gelfling?? Garthims!! Capturez-la!!

Tao (se retourne, et vois une espèce d'immense oiseau reptilien humanoïde desséché accompagné de trois scarabées géants, se diriger vers elle l'air menaçant) : Ah, meeeeerde!!...

(FIN)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 16:02 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lancelot
Ministre
Ministre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 4 961
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 17:59 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Cool ça à l'air bien sympa en effet.
_________________
Un village assailli de brigands, une femme qui se fait tabasser, une poule qui boîte, c'est pas les opprimés qui manquent ! Et là au moins, j'aurais l'impression de servir à quelque chose.


Revenir en haut
MSN
Mordba
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mai 2009
Messages: 3 882
Localisation: Caen
Masculin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 18:07 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

J'en ai lu la moitié, pour le moment ça me plaît bien.  Mr. Green

Revenir en haut
léodagan
Sent la pisse

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2009
Messages: 2 064
Localisation: Normandie
Masculin Balance (23sep-22oct) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 18:22 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Pareil ... Lirai la fin ce soir Smile
_________________
" Vous voyez où ça nous mène vos pique-nique à la con ??? "



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Dame du Lac
Bi-taupe

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2009
Messages: 954
Localisation: Achères
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 18:23 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

c'est même excellent ^^

Revenir en haut
Aconia
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 4 010
Localisation: Bretagne
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 20:33 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Je finirai ce soir aussi ^^ Ca pète les yeux a force, mais j'adore vraiment le début ! Very Happy
_________________

Get me out of this place, get me out of this town
Before I drown in your deep pink water ..


Revenir en haut
Marion
Clodo

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2010
Messages: 9
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 20:34 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Merci ^^

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Guenièvre
Régente Cépafô
Régente Cépafô

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2010
Messages: 15 838
Localisation: Laxou
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 21:33 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

 (j'ai mal aux yeux maintenant  Smile )

Pas mal ! pas mal du tout même !!!


Revenir en haut
Lancelot
Ministre
Ministre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 4 961
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 21:33 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

moi me tarde de le voir en BD
_________________
Un village assailli de brigands, une femme qui se fait tabasser, une poule qui boîte, c'est pas les opprimés qui manquent ! Et là au moins, j'aurais l'impression de servir à quelque chose.


Revenir en haut
MSN
Marion
Clodo

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2010
Messages: 9
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 21:41 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

J'aimerais bien le faire en BD, mais... je n'aurai pas le temps malheureusement Sad

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lancelot
Ministre
Ministre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 4 961
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 21:44 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Arf dommage ...
_________________
Un village assailli de brigands, une femme qui se fait tabasser, une poule qui boîte, c'est pas les opprimés qui manquent ! Et là au moins, j'aurais l'impression de servir à quelque chose.


Revenir en haut
MSN
Guenièvre
Régente Cépafô
Régente Cépafô

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2010
Messages: 15 838
Localisation: Laxou
Féminin

MessagePosté le: Jeu 15 Juil - 21:46 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

C'est vraiment dommage...en effet. Ben vous le ferez plus tard quand vous aurez le temps :p  (on peut toujours esperer)

Revenir en haut
Raoul Volfoni
Chevalier Cépafô

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2010
Messages: 5 505
Localisation: Lothringe
Masculin Poissons (20fev-20mar) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 00:05 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Faut le garder sous le coude et, plus tard ...... BD  Very Happy
_________________
Y connait pas Raoul !!!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Aconia
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 4 010
Localisation: Bretagne
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 00:40 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Je crois que j'ai jamais tout lu, la fiction là.
_________________

Get me out of this place, get me out of this town
Before I drown in your deep pink water ..


Revenir en haut
Lancelot
Ministre
Ministre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 4 961
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 00:55 (2010)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura Répondre en citant

Tu devrais c'est bien
_________________
Un village assailli de brigands, une femme qui se fait tabasser, une poule qui boîte, c'est pas les opprimés qui manquent ! Et là au moins, j'aurais l'impression de servir à quelque chose.


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:13 (2016)    Sujet du message: Tao à Kaamelott : ma fan-fic Kaamelott / Katura

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kaamelott Index du Forum -> Fan'Art -> Scenarios Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com